PwC mise sur un redémarrage des fusions au sein du secteur financier en 2012

le 15/12/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après un plancher au troisième trimestre, les opérations devraient ressurgir dans la perspective des plans de recapitalisation requis par l’EBA

Après avoir atteint leurs plus bas niveaux depuis neuf ans sur les deuxième et troisième trimestres 2011, les opérations de fusions-acquisitions au sein du secteur financier européen devraient ressurgir début 2012, selon une étude du cabinet PwC.

En dépit du contexte macro-économique, «de nombreux dossiers vont apparaître au premier semestre 2012. Les banques vont entrer en phase de revue stratégique en vue de renforcer leurs fonds propres avant la date butoir fixée à fin juin par l’EBA (Autorité bancaire européenne)», estime Hervé Demoy, associé spécialiste du secteur financier chez PwC. Le cabinet avait estimé en avril la valeur des actifs non stratégiques des banques européennes à quelque 1.300 milliards d’euros.

Plusieurs typologies d’acquéreurs devraient se dessiner. «Les fonds d’investissement classiques vont s’intéresser à des actifs peu consommateurs de fonds propres, tels que la gestion d’actifs ou le courtage», indique Hervé Demoy, qui souligne toutefois qu’il existe actuellement «un vrai problème de valorisation de ces activités, avec un grand déséquilibre entre les prix souhaités par les vendeurs et les acquéreurs».

Les fonds spécialisés devraient «intervenir sur les rachats de créances, non performantes comme par le passé, mais également performantes. De même, les banques américaines ont restauré leur capacité bénéficiaire depuis la faillite de Lehman et peuvent percevoir des opportunités dans le rachat de lignes en dollars», ajoute le spécialiste. Les banques de pays émergents pourront également s’intéresser au cas par cas à certains portefeuilles de banques européennes.

Au regard du calendrier fixé par l’EBA, «les banques vont être contraintes de céder des actifs assez rapidement, ce qui suppose que ces actifs devront être facilement vendables, n’impliquant pas de problèmes de sortie de périmètre», déclare Hervé Demoy. Pour ce dernier, les cessions porteront ainsi dans un premier temps sur des activités telles que le courtage ou l’assurance, pour basculer ensuite, à titre d’exemple, sur des lignes de métiers dans la banque de financement.

Sur le troisième trimestre 2011, le montant des opérations réalisées dans le secteur financier en Europe s’est établi à 5 milliards d’euros, soit un recul de 76% sur un an et de 25% par rapport au trimestre précédent.

A lire aussi