La tension monte chez Groupama

le 07/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

A l’issue du comité central d’entreprise (CCE) du jeudi 3 novembre, l’intersyndicale (CFDT, CGT, CFE-CGC) de l’unité économique et sociale (UES) de Groupama GAN a voté une résolution permettant de déclencher un droit d’alerte. Cette procédure doit permettre aux représentants syndicaux de recourir à un expert afin d’avoir une vision précise de la situation financière de la compagnie. «La direction a brossé un tableau très sombre de la situation et a annoncé qu’elle devrait prendre des décisions lourdes et difficiles», a indiqué à L’Agefi un responsable syndical, regrettant de ne pas avoir d’éléments sur la solidité financière actuelle de l’assureur. Interrogée sur d’éventuelles cessions de filiales en France comme à l’étranger, «la direction a indiqué que toutes les hypothèses sont actuellement regardées et étudiées mais qu’aucune décision n’a encore été prise», a ajouté cette source syndicale, précisant que les moins-values latentes s’élèvent à plusieurs milliards d’euros. La direction a aussi indiqué qu’elle entendait éviter tout adossement à un autre groupe. Un comité de groupe extraordinaire, en présence de la direction générale, se tiendra le 23 novembre prochain.

A lire aussi