La crise de la zone euro complique les IPO de Bankia et de Cívica

le 13/07/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Cívica, le plus petit des deux groupements de caisses, a reporté d'un jour, au 21 juillet, son entrée en Bourse

Le calendrier des entrées en Bourse des deux premières banques formées par la fusion de caisses d'épargne espagnoles, Bankia et Cívica, tangue au rythme de la crise sur la zone euro. Banca Cívica, la plus petite des deux avec une valeur comptable de 2,78 milliards d'euros, a annoncé mardi après-midi qu'elle repoussait d'un jour son IPO, jusqu'au 21 juillet.

Selon l'enseigne, ce report fait suite àl'annonce, la semaine dernière, d'une publication destests de résistance européens le 15 juillet. Il est censépermettre aux investisseurs d'avoir une journée supplémentaire pour analyser les résultats de l'examen.

Comptant sur un volume d'actifs de 292 milliards d'euros et une valeur comptable de 13,2 milliards d'euros, c'est Bankia qui concentrera tous les regards la semaine prochaine. La banque née de la fusion de sept caisses d'épargne menée par Caja Madrid maintient pour l'instant la date du 20 juillet, indiquait-on hierà sonsiège madrilène. Bankia aurait passé le test de résistance avec succès, selon une source financière. Contrairement à certaines caisses d'épargne espagnoles, comme l'a laissé entendre lundi la ministre espagnole de l'Economie, Elena Salgado.

Perçues comme un test majeur de la réforme du système financier espagnol et du risque pays, les IPO, avec lesquelles les banques espèrent lever au minimum 5 milliards d'euros en tout, pourraient être grandement compliquées, voire reportées, à cause de l'explosion du différentiel avec le Bund allemand. L'écart aatteint des records historiques depuis le début de la semaine (318 pb mardi soir).

Cívica a surprisen fixant le plafond maximum du prix de l'action destinée aux petits actionnaires au sommet de la fourchette de prix annoncée fin juin, soit 3,8 euros. Bankia a d’ailleurs fait de même en annonçant un plafond de 5,05 euros, au plus haut d’une fourchette allant de 4,41 à 5,05 euros dans le prospectus de l'IPO. Les prix définitifs devraient être fixés respectivement les 18 et 19 juillet prochains. Les banques ont jusqu'à cette date pour reporter leursopérations.

Le président de Bankia et ancien dirigeant du FMI Rodrigo Rato a assuré lundi que les investisseurs institutionnels avaient déjà «pratiquement couvert» la part de l'offre qui leur est destinée (40%) et que celle destinée aux particuliers était «très avancée». Les délégations des deux banques ont commencé lundi la partie américaine de leurs tournées des investisseurs.

A lire aussi