Bank of America n'en finit pas de solder le coût de la crise immobilière

le 30/06/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque verse 8,5 milliards de dollars pour mettre un terme aux poursuites dans l'affaire Countrywide. Elle affichera une lourde perte à fin juin

Bank of America est enfin parvenue à un accord pour résoudre le conflit l’opposant à un groupe d’investisseurs au sujet des conditions de vente et de gestion de titrisations de créances hypothécaires. Dans un communiqué, la banque américaine a annoncé mercredi qu’elle verserait 8,5 milliards de dollars en numéraire pour solder les poursuites engagées par 530 fonds, confirmant ainsi une information du Wall Street Journal. Cet accord reste toutefois soumis à l’approbation de la justice américaine.

Ces titres de créances hypothécaires, les mortgage-backed securities (MBS), avaient été vendus avant la crise immobilière à des investisseurs privés par Countrywide Financial, racheté en 2008 par Bank of America, et n’avaient pas eu la qualité promise par le vendeur. Du montant initialement émis de 424 milliards de dollars, 115 milliards restent à rembourser si l’on exclut les prêts sous-jacents qui ont fait défaut et ceux sur le point de le faire.

Bank of America prévoit également d’ajouter 5,5 milliards de provisions supplémentaires concernant ses obligations de déclarations et de garanties auprès des investisseurs. Une dépréciation de survaleur de 2,6 milliards sera aussi passée sur le pôle immobilier. Enfin, les autres charges liées à l'immobilier atteindront 4 milliards sur le trimestre.

En conséquence, les sommes provisionnées par la banque conduiront à une perte nette comprise entre 8,6 et 9,1 milliards de dollars au deuxième trimestre 2011, selon les estimations de BoA. Hors éléments exceptionnels, le résultat net serait ressorti entre 3,2 et 3,7 milliards de dollars. Bank of America souligne qu’en dépit de ces charges, son ratio de solvabilité tier one devrait se maintenir au-dessus de 8% au 30 juin 2011.

L’accord conclu implique également la définition de nouveaux critères pour améliorer les services et la documentation offerts aux investisseurs. La banque estime que le surcoût entraîné par l’amélioration de ces services sera d’environ 400 millions de dollars.

Il s’agit du troisième accord conclu par la banque depuis le début de l’année au sujet de ses activités hypothécaires, après celui trouvé en janvier avec Freddie Mac et Fannie Mae, puis avec Assured Guaranty en avril. Les analystes de CreditSights estimaient dans une note datée du 13 juin que les problèmes pesant sur ses activités hypothécaires pourraient coûter au total à Bank of America entre 16,4 et 36,1 milliards de dollars.

A lire aussi