Le renforcement des fonds propres des banques italiennes reste largement anticipé

le 04/04/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon la presse transalpine du week-end, MontePaschi et Intesa Sanpaolo s'apprêtent toutes les deux à étudier une augmentation de capital

L'agitation autour des banques italiennes ne faiblit pas. Alors que UBI Banca a dévoilé la semaine dernière (lire l'Agefi du 30 mars) un projet d'augmentation de capital d'un milliard d'euros, c'est au tour de Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS) et de sa consoeur Intesa Sanpaolo de faire les gros titres de la presse italienne. Selon La Stampa, les dirigeants de Fonsazione MPS, la fondation bancaire qui contrôle plus de la moitié du capital de la troisième banque italienne sur le plan de la capitalisation boursière, doivent se réunir dans la journée pour envisager une augmentation de capital de 2,2 à 2,3 milliards d'euros. Le journal Il Sole 24 Ore, parle quant à lui, d'un montant de 1,5 à 2 milliards d'euros et souligne l'importance d'une réunion prévue mercredi avec le Trésor italien.

Alors que les analystes restent perplexes sur la nécessité d'une recapitalisation d'Intesa Sanpaolo, deux sources bancaires ont indiqué samedi à Reuters que l'établissement pourrait augmenter son capital de 5 milliards d'euros. Le directoire et le conseil de surveillance de l'établissement doivent se réunir demain pour étudier cette option, a rapporté l'agence de presse de source financière. D'après Il Sole 24 Ore, la filiale Banca IMI piloterait le syndicat bancaire chargé de l'opération. Deutsche Bank, Morgan Stanley, Goldman Sachs et éventuellement UBS seraient également de la partie.

D'autres établissements ont d'ores et déjà tenté de couper court aux rumeurs. Banca Popolare di Milano (BPM) a réfuté le besoin d'un nouvel appel au marché après les deux milliards d'euros levés récemment. L'heure est également à la sérénité du côté d'UniCredit. «Nous verrons ce qu'Intesa décide. Pour ce qui nous concerne, nous nous satisfaisons de l'étendue de notre capital», a déclaré samedi l'administrateur délégué Federico Ghizzoni. «Nous sommes déjà au-dessus des minimums requis par Bâle 3», a ajouté le dirigeant. Ce dernier a par ailleurs indiqué qu'une décision concernant la cession de la filiale de gestion d'actifs Pioneer Global Asset Management serait prise au plus tard dans les deux semaines. Trois candidats sont en lice : les français Natixis (BPCE) et Amundi (Crédit Agricole, Société Générale), ainsi que le britannique Resolution.

A lire aussi