Caja Madrid prévoit d'entrer en Bourse avant la fin de l'année

le 01/02/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La nouvelle banque constituée par l'établissement madrilène et six autres caisses a consacré 9,2 milliards en 2010 à l'assainissement de son bilan

La première présentation de résultats du plus grand groupement espagnol de caisses d'épargne a été marquée hier par un lourd exercice d'assainissement et l'annonce de son introduction en Bourse avant la fin 2011. Le leader de la fusion, Caja Madrid, a dégagé un bénéfice net de 256 millions en 2010 (-3,7%). Il se monte à 440 millions d'euros pour le provisoirement nommé Banco Financiero y de Ahorros (BFA), qui agrège six autres caisses.

Comptant sur un volume d'actifs total de 328 milliards d'euros, BFA a destiné 9,2 milliards d'euros à l'assainissement de son bilan en 2010, dont 4,5 milliards sont venus du Fonds espagnol d'aide au secteur financier (Frob) : 5,9 milliards pour couvrir les pertes attendues dans les portefeuilles de crédits, 1,8 milliard visant à assainir les actifs immobiliers, «dans les deux cas dans un scénario tendu», précise le groupe, et 1,5 milliard destinés à l'assainissement de ses portefeuilles de titres. «BFA entame ainsi 2011 complètement nettoyé et avec un matelas additionnel de 1,57 milliard d'euros en provisions génériques», indique le groupe.

Son taux d'encours douteux, de 6,3%, est supérieur à la moyenne du secteur. Il grimpe jusqu'à 18% pour les crédits accordés aux constructeurs et promoteurs immobiliers, qui s'élèvent à 41 milliards. La couverture globale des risques atteint 61% et le ratio de fonds propres durs s'élève à 7,04%. Soit moins que les ratios que le gouvernement exigera des banques (8%, avec une définition plus restrictive) et des caisses non cotées (9 à 10%) dès septembre.

BFA entend combler la différence sur les marchés, a annoncé hier à Madrid le président du groupe, Rodrigo Rato. La banque commune aux caisses, qui ont décidé la semaine dernière d'y transférer toutes leurs activités bancaires, sera introduite en Bourse d'ici la fin de l'année, voire même avant l'été. La date «dépendra de nos intérêts et du marché», a précisé l'ancien président du FMI tout en affirmant que des investisseurs institutionnels potentiels se seraient déjà intéressés à ce projet « solide, assaini et avec une énorme capacité pour générer des revenus

Dans un mouvement encouragé par le gouvernement, La Caixa a la première annoncé son entrée prochaine en Bourse, la semaine dernière. Hier, Banca Cívica, un autre groupe de caisses rassemblées en 2010, comme BFA, a aussi annoncé son arrivée imminente sur les marchés.

A lire aussi