La FFSA craint pour l’assurance vie

le 28/01/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La profession prévoit une croissance de 0 à 4% cette année, contre une hausse de 4,5% en 2010

Dans le cadre de son traditionnel bilan annuel sur le secteur, la FFSA (Fédération française des sociétés d’assurance) a réaffirmé «l’impérieuse nécessité de disposer d’une épargne longue». Alors que «le premier pilier de cette épargne est l’assurance vie», qui a représenté en 2010 quelque 70% des placements financiers des ménages, «nous ne sommes pas du tout optimistes», a indiqué Jérôme Cornu, directeur des études. Selon ce dernier, la collecte sur le produit devrait croître entre 0 et 4% en 2011.

Cette «croissance des cotisations légèrement positive prévue dans l’assurance vie en 2011 se révèle inférieure à celle de 2010», poursuit Jérôme Cornu. Selon les chiffres estimés dévoilés par la FFSA jeudi, le niveau des cotisations a crû de 4,5% à 161,5 milliards d’euros l’an passé.

Le directeur des études de la FFSA a pointé du doigt la concurrence du Livret A dont le taux va augmenter et la baisse anticipée du taux d’épargne des ménages. «Pour la troisième fois de son histoire, l’assurance vie a subi une décollecte en décembre», ajoute Jean-François Lequoy, délégué général de la FFSA. La profession fait aussi face à l’éventualité d’une hausse de la fiscalité, «difficile à estimer»: Bercy planche sur une hausse du prélèvement forfaitaire pour les contrats en euros (87% de la collecte), compensée par une baisse pour les contrats investis partiellement en actions. Enfin, après avoir favorisé l'assurance vie jusqu'en 2007, les banques poussent à un cadre fiscal plus favorable pour l'épargne bilantielle.

Pour l’ensemble du marché français de l’assurance, dont les cotisations ont progressé de 3,8% à 207,2 milliards d’euros selon des chiffres estimés, la fédération professionnelle mise sur une croissance «modeste» comprise entre 0 et 2%. Les cotisations d’assurances de biens et responsabilité, qui ont crû de 1,5% à 45,7 milliards en 2010, devraient augmenter de 3 à 4% cette année, portés notamment par les relèvements tarifaires.

Concernant le ratio combiné, qui s’établissait dans l’assurance de biens et responsabilité à 103% en 2009, «les chiffres ne sont pas encore connus pour 2010, mais on peut anticiper une stabilité. Alors que les cotisations ont augmenté de 1,5%, la charge des sinistres a crû dans une mesure équivalente», souligne Bernard Spitz, président de la FFSA.

Pendant que les actifs d’entreprises tels que les actions et obligations ont représenté 56% des placements des assureurs en 2010, soit un montant global de 960 milliards d’euros, «jamais l’épargne de l’assurance n’a mobilisé autant de fonds pour les entreprises», et dès lors pour le financement de l’économie, relève Bernard Spitz. Le solde des placements réalisés par les assureurs a porté sur des obligations d’Etats de l’OCDE (33%), des actifs monétaires (6%) et d’autres actifs (5%). Interrogé sur l’évolution de cette part de 56% dans la perspective de Solvabilité II, le président a indiqué que l’allocation définitive des assureurs «dépendrait du dernier round de négociation sur la directive dont les conclusions seront rendues en juin prochain». La FFSA rencontre Michel Barnier aujourd'hui.

Parmi les autres chantiers de 2011, un accord devrait être signé dans les prochains jours sur la convention Aeras (qui permet de s’assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé). Il intègre «des avancées dans la couverture du risque invalidité et dans la prise en charge de la surprime, qui devrait désormais s’étendre aux bénéficiaires des prêts à taux zéro», indique Jean-François Lequoy.

Flux des placements financiers des ménages
ZOOM
Flux des placements financiers des ménages

A lire aussi