Mauvaise pioche

le 23/09/2021 L'AGEFI Hebdo

A chacun son Greensill. La titrisation de créances commerciales, vendue comme produit de placement auprès d’une clientèle privée, vaut à son tour à Banca Generali une bien mauvaise publicité. La filiale de l’assureur a dû racheter à ses clients pour 500 millions d’euros d’obligations assises sur...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés

Sur le même sujet

A lire aussi