Trésorerie

L'affacturage inversé, côté obscur

le 14/11/2019 L'AGEFI Hebdo

Face aux appels à davantage de lisibilité, le trio client, fournisseur et « factor » doit manier cet outil avec soin.

L'affacturage inversé, côté obscur
La liquidation brutale du groupe britannique Carillion a illustré avec force les écueils de cette technique plutôt complexe.
(Elliott Brown [CC BY 2.0])
L’affacturage inversé, « c’est comme un rail de coke », selon un accro à la saine gestion de la trésorerie des entreprises. Comme une drogue dure, donc, grâce à laquelle on vit d’abord une période d’euphorie, qui se transforme en dépendance. Avant un sevrage d’autant plus douloureux que les...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés

Sur le même sujet

A lire aussi