Nouvelles mobilités : les assureurs dans la course

le 25/10/2018 L'AGEFI Hebdo

Tous cherchent la pole position pour atteindre l’arrivée. Sinon, ils risquent de rester au paddock.

Nouvelles mobilités : les assureurs dans la course
(rea)

Le rapport à la voiture change, de nouveaux véhicules apparaissent, en ville émergent de « nouvelles mobilités » en attendant la « mobilité comme service » (Mobility-as-a-service, Maas). Dans son premier Livre blanc sur le sujet, Novamétrie constate que plus de la moitié des Européens (57 %) attendent une offre complète et modulaire de transports, accessible à travers un seul outil numérique. Et 70 % des plus jeunes voudraient pouvoir régler toutes leurs dépenses de mobilité (parcmètre, transports en commun, vélo, etc.) à partir d’une seule appli qui intègre aussi leurs abonnements et réductions, sans parler d’informations en temps réel. Plusieurs transporteurs y travaillent, notamment la SNCF ou Transdev. Constructeurs et équipementiers ont également bien conscience des enjeux. Et le bouleversement sera au moins aussi important pour les assureurs. Allianz France vient d’ailleurs d’annoncer un partenariat avec Toyota Tsusho Europe pour accélérer des projets de start-up sur les nouvelles mobilités.

Dans ce domaine est déjà apparue une nouvelle matière assurable : les « engins de déplacements personnels », souvent des NVEI (nouveaux véhicules électriques individuels) tels que l’hoverboard, le mono-roue, le gyropode ou le skate et la trottinette électriques, qui soulèvent des questions sur les risques et leurs couvertures. Ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, mais certains de ces engins sont déjà disponibles en location libre-service, notamment en free-floating (sans borne), préfigurant la mobilité de demain. Une enquête Prévention routière et Allianz France montre qu’un tiers des Français ont déjà testé un NVEI et 57 % envisagent de s’en servir à l’avenir. Les assureurs communiquent aisément sur ce phénomène : l’électrique est favorable au climat, le déplacement individuel est bon pour la santé et les NVEI donnent une image « dans le vent ». Ainsi, AG2R La Mondiale, qui encourage le grand public à pédaler, a construit une offre qui combine la location longue durée (LLD) d’un vélo à un ensemble de services d’assistance et d’assurance, mais aussi d’accessoires (casque, GPS, antivol, etc.). De son côté, Allianz France lance sa nouvelle campagne de communication : « Les mobilités de A à Z ». Z pour Zipline : la start-up californienne, qui conçoit des drones, s’est fait connaître par la livraison de médicaments et de poches de sang dans les hôpitaux en Afrique. V pour vélo, A pour automobile…

Sécurité des données

Lorsque la Société Générale a introduit ALD Automotive, sa filiale de LLD, en Bourse au printemps 2017, elle évoquait la possibilité de « défricher de nouveaux usages » : véhicules sans chauffeur, autopartage, flottes mises à disposition par les villes, solutions multimodales, etc. Aujourd’hui, le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM), en cours de consultation au Conseil d’Etat, doit préparer le terrain de la Maas telle qu’elle a été déclinée au sommet européen de la mobilité urbaine, Autonomy (18-20 octobre). Pour les assureurs, ce contexte nouveau a de multiples conséquences.

La première tient à la perte d’une partie de leur activité, notamment en IARD (incendie, accidents et risques divers). « Sur le marché des particuliers, la proportion des automobilistes ayant recours à une solution locative pour financer un véhicule neuf est passée depuis 2010 de 8 % à près de 30 % », explique la Matmut. Tandis que celle-ci annonce une offre de LLD auto pour ses sociétaires, en partenariat avec Arval (filiale spécialisée de BNP Paribas), la Macif lance aussi, avec LeasePlan, « un service de LLD tout compris » : une bonne façon de fournir assurance, assistance et entretien dans les réseaux partenaires en même temps que la location d’un véhicule neuf. Tous les assureurs veulent rester dans la course : plus de 40 % des adeptes de la LLD ont entre 25 et 34 ans. La Matmut estime ainsi « confirmer sa volonté d’accompagner au mieux les évolutions sociétales, notamment la bascule progressive de la propriété du bien automobile vers son usage ». A cet égard, la Maif propose, elle, une assurance auto « à la minute » : un boîtier Bluetooth placé dans la voiture détecte les trajets et communique les données à un smartphone.

Aujourd’hui, tout propriétaire d’un véhicule terrestre à moteur a l’obligation de l’assurer pour pouvoir le faire circuler. Demain, la voiture sera partagée et même sans chauffeur ! Comment les assureurs pourront-ils positionner des couvertures adaptées ? Lors du Mondial de l’Automobile, Axa a passé un partenariat avec Navya, spécialiste des « nouvelles solutions de mobilité intelligente et partagée ». Grâce à leurs données, « Axa approfondira sa connaissance des véhicules autonomes, notamment dans le but de proposer des solutions d’assurance toujours plus adaptées à cette nouvelle forme de mobilité » et de devenir « référent des nouvelles formes de mobilité ». Les assureurs estiment avoir tous les atouts pour devenir des tiers de confiance, comme les banquiers notamment.

La Fédération française de l’assurance (FFA) et le Comité des constructeurs français d’automobiles ont décidé de travaux communs pour répondre « aux défis sans précédent de la transformation digitale et des nouveaux modes de mobilités », ont expliqué leurs représentants. L’objet : l’accès aux données et leur « mise à disposition » au secteur de l’assurance pour la gestion des sinistres et l’indemnisation des victimes, « tout en garantissant l’objectif général de sécurité des données du véhicule ». Tout reste à faire, mais il s’agit d’avancer vite car les initiatives sont multiples.

Bosch, spécialiste du moteur électrique, qui propose déjà des scooters en libre-service à Paris, a un partenariat avec Daimler pour tester des voitures autonomes. Pour développer des véhicules électriques, connectés et autonomes, la ville de Paris a pour sa part décidé de collaborer avec le groupe Renault qui se définit aussi comme « un acteur des services de mobilité ». La loi Pacte, quant à elle (article 43), entend instaurer un cadre propice aux expérimentations des véhicules autonomes ou d’« engins de livraison urbaine automatisés » afin « d’arrêter les régimes de responsabilité en l’absence de conducteur ». Thierry Derez, PDG de Covéa, en est certain : « A une vitesse encore inconnue, nous allons vers les véhicules autonomes. » Il n’est pas le seul à faire ce constat.

Jacques Richier, le PDG d’Allianz France, distingue cinq enjeux liés à la mobilité : « Favoriser le développement des transports multimodaux dans les villes » ; « considérer le cyberrisque comme l’enjeu clé des nouvelles mobilités », en prenant des mesures contre le risque d’accident en série et le risque de piratage des véhicules autonomes (hors parcs fermés) comparables à celles en vigueur pour la sécurité informatique des avions ; « trancher la question de la propriété et de l’utilisation des données relatives aux déplacements et aux véhicules individuels » ; « développer les infrastructures de la nouvelle mobilité » ; et « sortir les nouveaux véhicules urbains du flou juridique concernant leur classification et les responsabilités associées » afin d’indemniser correctement les victimes d’accidents. Ces objectifs remplis, quelle place les assureurs auront-ils sur le marché de la Maas ?

« Le changement du rapport des Français à la voiture et la montée en puissance des véhicules autonomes vont conduire à la création d’un service complet de mobilité incluant aussi bien le wifi que l’entretien du véhicule. Constructeurs automobiles, banques et assurances ou opérateurs téléphoniques proposeront ce service sous forme d’abonnements aux particuliers », décrit Thierry Derez. Et de dérouler son argumentaire sur la distinction marquée entre risques de fréquence et risques d’intensité. « Pour les risques de fréquence de type réparations, explique le PDG de Covéa, l’opérateur n’aura pas toujours besoin d’un assureur : il pourra s’auto-assurer. En revanche, il ne conservera pas les risques d’intensité : des événements aléatoires comme les risques cyber ou climatiques. Ceux-là seront couverts et, in fine, cédés à des réassureurs. »

Cet impact profond de la Maas sur l’activité d’assurance est rarement mis en avant. Il pourrait pourtant engendrer des mouvements inédits sur le marché de l’assurance/réassurance. 


En 2050, selon Mazars, les recettes mondiales (en milliards de dollars) découlant de

Mobility-as-a-Service : 7.000

Voitures autonomes : 200

Sur le même sujet

A lire aussi