L’avis de… Nicolas Bertapelle, associé fondateur du cabinet de conseil Jasmin

«Un véritable appel d’air pour les assureurs»

le 28/01/2010 L'AGEFI Hebdo

Comment analysez-vous les évolutions à venir en assurance emprunteur ?

Cette activité, particulièrement importante pour les distributeurs de crédit, représente un véritable appel d’air pour les assureurs. C’est un marché ultra-dominé par les banquiers qui devraient logiquement perdre des parts de marché. La stratégie défensive des banques, qui a consisté à internaliser les activités d’assurance emprunteur, oblige les assureurs à muter vers la commercialisation à marche forcée de contrats individuels. Tout le monde s’engouffre d’ailleurs dans la brèche pour attaquer la domination des banques.

Quels seraient les nouveaux acteurs du marché ?

Outre l’arrivée récente des mutuelles sans intermédiaire, on peut citer les courtiers spécialisés en crédit immobilier : ils cherchent à faire évoluer leur modèle économique avec des amortisseurs comme l’assurance emprunteur individuel, activité qui apporte du chiffre d’affaires récurrent. Certains courtiers ont d’ailleurs déjà noué des partenariats avec des assureurs, à l’instar d’Axa avec Meilleurtaux ou ACMN avec Empruntis.

Ces nouveaux entrants tireront-ils leur épingle du jeu ?

Sur un marché que nous évaluons à 7 milliards d’euros, il y a bien sûr des places à prendre. L’intensification de la concurrence, la baisse des marges, la faible connaissance et le manque d’implication des consommateurs appellent néanmoins une forte mobilisation créative des services marketing pour tirer son épingle du jeu. L’approche tarifaire qui a fait le succès d’April ne peut plus être la seule recette. On pourrait ainsi s’orienter vers des produits de prévoyance plus complexes incluant la protection de la situation financière globale des ménages.

A lire aussi