L'avis de... Guillaume Almeras, directeur banque chez Compass MC

« Se démarquer avec des produits adaptés »

le 07/10/2010 L'AGEFI Hebdo

Les banques françaises disposent-elles, à la manière de Santander, de systèmes d’information (SI) adaptés pour l’intégration de nouveaux réseaux ?

Santander a développé en son siège, à partir de 2004, un système d’information propriétaire qui est désormais une composante du métier, avec un objectif de rentabilité. Les banques françaises n’en sont pas tout à fait là. Mais BNP Paribas et Société Générale ont maintenant chacune un système « maison » pouvant être déployé dans les filiales, avec une volonté de standardisation à terme, sans uniformisation rigide et imposée. Ils sont aussi conscients que les systèmes d’information ne sont rien sans harmonisation du suivi et du traitement des opérations. A terme, cela va renforcer fortement leurs capacités d’intégration.

Ces groupes pourront-ils profiter d’actifs cédés dans les pays de l’Est ?

A part en Pologne, la situation économique des pays d’Europe orientale ne semble pas très favorable. Si l’on ajoute que chaque marché demeure assez étroit, les acquisitions peuvent y paraître surpayées. D’autant que celles-ci entraînent d’importantes charges d’investissement, de réorganisation et de mise en conformité. Or, paradoxalement, on rencontre un tissu bancaire étoffé - voire pléthorique ! - dans ces pays et, en même temps, des offres incroyablement lacunaires. Les français pourraient se démarquer avec des produits adaptés, en épargne notamment.

Ils cherchent à associer des activités de financement à celles de leurs réseaux locaux pour pénétrer une clientèle d’entreprises…

Oui, avec le crédit-bail notamment. Par ailleurs, leurs offres de services financiers spécialisés peuvent donner lieu à des partenariats avec des distributeurs, y compris des banques locales en général peu équipées sur ces métiers. Le point d’entrée dans un pays n’est pas forcément une acquisition.

A lire aussi