L’occurrence et damnation

le 25/02/2010 L'AGEFI Hebdo

Baudouin Prot l’avait dit à La Tribune et l’a répété lors des résultats annuels de BNP Paribas qu’il dirige : les banques sont soumises à « une injonction contradictoire ». Une expression qu’emploie de même volontiers Ariane Obolenski, directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF). Et que Laurence Parisot, présidente du Medef (dont la FBF est membre), a développé sur BFM : « D’un côté, on leur demande d’être encore plus souples que d’habitude à l’égard des entreprises et, de l’autre, les gouvernements sont en train de décider de normes prudentielles plus exigeantes encore à l’égard des banques (…). Ça, c’est une injonction contradictoire. » Quel chœur ! L’un d’eux n’aurait-il pu dire : « Injonction paradoxale » ? Ou « double contrainte ». Un Anglo-saxon aurait employé l’expression de « double bind », telle que l’a théorisée l’anthropologue Gregory Bateson dans les années 50. Et décrit en ces termes simples : « Vous êtes damné si vous le faites, et vous êtes damné si vous ne le faites pas. »

A lire aussi