L’avis de… Jean-Michel Rodriguez, responsable mondial efficacité énergétique et Green IT pour IBM

« L’une des caractéristiques des banques est d’être orientées grands systèmes »

le 18/02/2010 L'AGEFI Hebdo

Quelles sont les caractéristiques des nouveaux « datacenters » ?

Il y a huit ans environ, on pouvait considérer que toutes les plates-formes technologiques étaient équivalentes d’un point de vue énergétique et qu’avec un kilowatt au m2 (kW/m2), on pouvait subvenir à tous les besoins. Ce n’est plus du tout le cas maintenant et le kW/m2 est l’un des premiers critères retenus lors de la construction d’un nouveau datacenter. Désormais, il faut prendre en compte des zones différenciées avec des besoins énergétiques de un kW/m2 d’un côté, besoin montant à 15, voire 20 kW/m2. Ce qui nécessite bien évidemment des modes de refroidissement différents. Les nouveaux datacenters seront évolutifs, pas uniquement en termes de surfaces au sol, mais également en termes d’aménagement des différentes zones.

Quelles conséquences pour les banques ?

L’une des caractéristiques des banques est d’être orientées grands systèmes, les fameux mainframes, qui prennent beaucoup de place au sol et consomment beaucoup d’énergie. La croissance des banques est liée de façon linéaire à leur informatique. Il n’y a donc aucune raison que leurs besoins en termes de centre données, et donc leur consommation énergétique, régressent. Mais dans ce domaine, il faut faire face à deux problèmes majeurs : les économies d’énergie et une nécessaire optimisation de l’énergie consommée. Aujourd’hui, le PUE (power utility effectiveness) moyen des datacenters est situé entre 2,1 et 2,5. Ce ratio mesure le rapport entre la puissance totale consommée et celle consommée par les seules unités informatiques. En clair, pour un kilowatt consommé par un serveur, il faut prévoir plus du double pour la climatisation et autres services annexes. Tous secteurs confondus, nos clients viennent nous voir pour deux raisons essentielles : leur facture énergétique est trop élevée ou leurs capacités informatiques sont à la limite.

Peut-on envisager des « datacenters » de banques françaises à l’étranger ?

La loi prévoit que les données bancaires soient situées dans un datacenter du pays d’origine. En outre, le prix du kilowatt n’est pas excessif en France et les infrastructures énergétiques sont très stables. En revanche, le freecooling (refroidissement par l’air extérieur, NDLR) n’est pas possible en raison de températures trop élevées, et l’accès à l’eau des rivières est interdit, contrairement aux Etats-Unis par exemple.

A lire aussi