L'alternative de la Bundesbank

le 18/03/2010 L'AGEFI Hebdo

Même à l’heure de l’euro, la Bundesbank demeure une institution très écoutée outre-Rhin. Face au projet de Berlin d’introduire une taxe spéciale pour les banques et les compagnies d’assurances, le président de la Buba, Axel Weber, a créé la surprise en proposant une solution. Plutôt que d’affaiblir les banques par un impôt supplémentaire, il plaide pour une prolongation du mandat du fonds de stabilisation des marchés financiers, SoFFin, mis en place après la faillite de Lehman Brothers en 2008. Doté d’un capital de 480 milliards d’euros dont un tiers seulement a effectivement servi à soutenir les banques en difficulté, le SoFFin voit son mandat expirer à la fin de l’année. « Une erreur », estime Axel Weber qui propose de transformer le SoFFin en un « instrument durable », susceptible de servir de fonds de solidarité alimenté par les intérêts sur les prêts et les garanties accordés aux banques.

A lire aussi