Crédit Agricole doit élaborer son projet de groupe à dix ans

le 18/02/2010 L'AGEFI Hebdo

Georges Pauget, directeur général de CASA, présentera ses derniers résultats annuels le 25 février. Avec son départ, une vaste réorganisation se met en place.

Symboliquement, le prochain congrès du Crédit Agricole ne pouvait pas se tenir au-delà de 2010. Car il s’agit d’y exposer un plan stratégique pour les dix prochaines années. Toutefois, le renouvellement complet de l’état-major de la banque verte ne permettait pas de maintenir sa programmation en octobre à Strasbourg. C’est donc mi-décembre que se réuniront, à Paris, les caisses régionales. Et ce congrès ne sera pas seulement celui de la Fédération nationale du Crédit Agricole (FNCA) qui les représente, mais celui du groupe dans son ensemble, intégrant sa structure cotée, Crédit Agricole SA (CASA). Les nouveaux dirigeants nommés de part et d’autre (voir l’illustration) ont un même objectif : définir des orientations de long terme afin de formaliser un plan de groupe.

Faire des choix et convaincre

Philippe Brassac aura force de proposition. Directeur général (DG) de la caisse de Provence Côte d’Azur, parvenu au poste clé de secrétaire général de la FNCA, et vice-président de la SAS La Boétie (l’actionnaire de CASA à hauteur de 55,2 % détenu par les caisses régionales), ce mathématicien de formation pourra néanmoins compter sur son prédécesseur, Jean-Paul Chifflet, et ses présidents successifs - Jean-Marie Sander laissant sa place à Dominique Lefebvre (48 ans, aujourd’hui président de la caisse Val de France), pour prendre la présidence de CASA. Ensemble, ils devront obtenir l’adhésion des patrons de régions à un projet structurant, comme ils ont su le faire à Nice en octobre 2008, pour créer une « nouvelle informatique communautaire évolutive ».

Une chose est sûre : « Le groupe ne doit pas laisser guider son avenir par les seules occasions à saisir ou les seules exigences de rentabilité à court terme imposées par les marchés », déclare Philippe Brassac. Le « quinqua » a ses idées. « Si le ‘bon sens’ s’est imposé comme une évidence dans le passé, le groupe doit maintenant reformuler son credo. Notre projet doit remettre le client au centre de la stratégie et reposer sur l’utilité finale de la relation bancaire. Cela engage chaque entité, avec des producteurs à l’écoute des distributeurs et une personnalisation du conseil. » Cela étant, il faudra aussi opérer des choix selon les nouvelles exigences de fonds propres qui s’imposeront aux banques à partir de 2012.

« Une réunion de lancement du projet de groupe se tiendra le 17 mars pour donner le ‘la’ de la réflexion et du travail que nous allons accomplir en commun », précise Philippe Brassac. Pas question d’imposer un point de vue d’actionnaire majoritaire à CASA. « Nous sommes un groupe imbriqué, dont les missions ont simplement été réparties et non séparées, soutient-il. Les caisses régionales ne sont pas seulement les actionnaires majoritaires de CASA : elles sont partie intégrante du groupe, côte à côte avec Crédit Agricole SA. » Il faudra donc sortir des débats par le haut pour former un groupe « réuni et mobilisé », dit-il.

Reprise en main

Les nouvelles équipes dirigeantes ont été composées de sorte à apporter le « liant » nécessaire. De fait, chez CASA, la succession de Georges Pauget à la direction générale et de René Carron à la présidence ne conduit pas à un renouvellement de génération, les deux arrivants ayant 61 ans. On peut en revanche estimer qu’il s’agit d’une reprise en main par les caisses régionales, puisque Jean-Paul Chifflet et Jean-Marie Sander formaient déjà le tandem de tête de la FNCA. Mais on peut aussi y voir un passage de témoin entre une décennie de profondes transformations - la cotation de l’organe central (2001), l’acquisition du Crédit Lyonnais (2003) et la crise (2007) - et la suivante.

Le jeu de chaises musicales qui se poursuit dans les régions est donc important pour l’avenir. On attend par exemple l’annonce, ce 19 février, du remplacement, à la caisse de Franche-Comté, de Bertrand Corbeau qui succède à Joseph d’Auzay comme DG de la FNCA. Besançon doit accueillir Elisabeth Eychenne : venue du Crédit Agricole Val de France, où elle est DG adjointe depuis septembre 2007, cette diplômée de HEC (1979) qui a grimpé les échelons du Crédit Lyonnais devenu LCL dont elle a été responsable du contrôle permanent et des risques, va s’installer à la direction générale. Et certains la verraient bien aussi entrer au conseil d’administration de CASA, même si ce n’est pas dès la prochaine assemblée générale du 19 mai.

A lire aussi