L’avis de… Cyrille Chartier-Kastler, président du cabinet Fact & Figures.

« Des arbitrages entre activités selon les marges »

le 10/04/2014 L'AGEFI Hebdo

« Des arbitrages entre activités selon les marges »

Comment expliquer le regain d’intérêt des banques à développer leurs activités d’assurance ?

Solvabilité 2 devrait être applicable en janvier 2016, avec ensuite des dispositifs transitoires étalés sur seize années. La directive Omnibus 2, qui détaille les modalités de mise en place, vient être adoptée. Les incertitudes levées, les groupes bancaires s’organisent pour limiter le besoin de fonds propres à consacrer à leur captive d’assurance, avec des politiques commerciale et produits adaptés : c’est l’avantage d’une activité intégrée.

N’y a-t-il plus de problèmes de fonds propres ?

Les activités d’assurance-vie peuvent d’ores et déjà nécessiter des fonds propres un à deux fois supérieurs à ceux de la banque de détail. Avec Solvabilité 2, le besoin de ces filiales pourrait être de deux à trois fois supérieur à celui des distributeurs. L’enjeu est donc important. Mais moindre si l’accent est mis sur la prévoyance, qui offre de meilleures marges que l’épargne en euros, ainsi que sur les unités de compte pour lesquelles les exigences en solvabilité sont plus faibles. Dès lors, un groupe bancaire peut passer d’un retour sur capital investi (ROE) de 6 % à 8 % sur ses produits en euros à un RoE de 12 % à 15 %  sur l’ensemble de sa captive d’assurance-vie.

Les banques ont-elles d’autres options d’optimisation de leurs filiales ?

Le commissionnement des réseaux distributeurs, le dividende versé ou non par la filiale, notamment dans une perspective d’auto-génération par cette dernière de fonds propres, sont des leviers. Ensuite, des synergies intragroupes peuvent être développées en gérant de façon internationale l’assurance des emprunteurs, par exemple, ou en adoptant les mêmes outils informatiques et processus d’une offre patrimoniale pour tous les distributeurs. Enfin, des arbitrages entre activités peuvent être réalisés selon les marges : certaines banques arrêtent leurs partenariats avec des plates-formes de conseillers de gestion de patrimoine indépendants.

A lire aussi