L’infidélité financière, c’est la liberté

le 12/02/2015 L'AGEFI Hebdo

6 % des Américains auraient un compte bancaire ou une carte de crédit dont leur conjoint n’aurait pas connaissance, selon un sondage publié par CreditCards.com, un comparateur de cartes bancaires. 20 % auraient même dépensé secrètement plus de 500 dollars. Leur petite folie ? Loisirs et électronique pour ces messieurs, mode et cadeaux pour les dames. Outre-Atlantique, cela se nomme de l’infidélité financière. Ce qui semble moins déranger les hommes (31 %) que les femmes (18 %). Et pourtant, la pression sociale monte en faveur d’une transparence totale en matière financière au sein du couple, rendue possible par des agrégateurs donnant une vision exhaustive des finances familiales. Quelle erreur ! Qui peut se passer d’un jardin secret à l’abri des regards ? Alors pourquoi renoncer à la possibilité de s’offrir un petit (ou grand) plaisir sans redouter le jugement d’autrui ? Sachons en profiter, la finance est trop rarement synonyme de liberté.

A lire aussi