L’avis de… Daoud Fakhri, analyste chez Datamonitor

« Elle a perdu son statut de banque éthique »

le 01/05/2014 L'AGEFI Hebdo

« Elle a perdu son statut de banque éthique »
Daoud Fakhri
(DR)

Comment l’image de Co-op a-t-elle évolué au cours des douze derniers mois ?

Au plus fort de la crise financière en 2008, qui a été marquée par un rejet des établissements traditionnels, Co-op était apparu comme une banque de choix pour une clientèle particulièrement sensible à ses critères éthiques. Pendant longtemps, cette banque a d’ailleurs fait partie des trois institutions leaders en matière de satisfaction clients, au même titre que Nationwide et First Direct. Grâce à cette particularité, Co-op Bank pouvait même se permettre d’offrir à sa clientèle des taux légèrement supérieurs à la concurrence tout en continuant à attirer beaucoup de monde. Les événements intervenus au cours de l’année dernière ont modifié la perception de la clientèle. La possibilité donnée aux clients de changer de comptes courants en sept jours ne lui a pas profité et la banque a reconnu qu’elle avait perdu plus de clients qu’elle en avait gagnés depuis septembre dernier. Co-op a même été contrainte d’assortir son dispositif de changements de comptes d’une mesure incitative…

Quand peut-on anticiper une sortie du tunnel pour cette banque ?

La restructuration de Co-op va s’avérer un exercice monumental qui prendra sans aucun doute bien plus que deux à trois ans. Et ce n’est qu’après cette période qu’elle pourra à nouveau se positionner comme une banque alternative aux établissements installés. Dans l’intervalle, Co-op est passé du statut de banque éthique à celui d’une banque comme les autres.

A lire aussi