BNP Paribas en mauvaise posture aux Etats-Unis

le 08/05/2014 L'AGEFI Hebdo

Des vents transatlantiques contraires sont venus gâcher la fête. BNP Paribas a pu annoncer pour le premier trimestre 2014 un résultat net en hausse de 5,2 %, malgré un produit net bancaire stagnant (lire le tableau), mais n’a pu taire les conséquences d’un litige avec les autorités américaines. En jeu : des paiements impliquant des pays sanctionnés par les Etats-Unis (793,36 millions d’euros). Après avoir provisionné 1,1 milliard de dollars fin 2013 pour ce dossier, « il ne peut être exclu que la pénalité excède très significativement la provision constituée », a lâché la banque, sans plus de détails. Au-delà de cette amende et d’éventuelles poursuites pénales à l’encontre du français, le pire pour BNP Paribas serait de se voir interdir le rapprochement de ses activités de banque de financement et d’investissement et de réseaux (BancWest). Or, le plan stratégique conçu rue d’Antin prévoit que les Etats-Unis apportent au moins 12 % de ses revenus au groupe en 2016, contre 10 % en 2013. Un règlement à l’amiable, même avec une sanction pécuniaire élevée, serait donc un moindre mal.

A lire aussi