Le parcours de... Sébastien Guillo, directeur de la stratégie et du planning de HSBC France

Un avenir prometteur

le 22/01/2015 L'AGEFI Hebdo

Un avenir prometteur
Sébastien Guillo, directeur de la stratégie et du planning de HSBC France
(DR)

Un jeune homme pressé, mais modeste. Celui qui vient d’être nommé directeur de la stratégie de HSBC France à 30 ans en minimise la portée : « La stratégie est un poste plus atteignable pour un jeune que celui de manager d’un métier par exemple. D’ailleurs, celle qui m’a précédé avait été nommée à 33 ans », lance Sébastien Guillo. Il sera tout de même le plus jeune membre du comité exécutif de la filiale du groupe HSBC. Une ascension rapide pour ce Breton d’origine qui trace une carrière sans faute.

Une prépa à Henri IV, l’Essec, filière finance, et un premier stage en corporate finance chez Oddo le convainc de son intérêt pour la banque. Un intérêt tout d’abord mis en pratique comme consultant en stratégie chez Oliver Wyman, où il participe à des missions de revue stratégique d’acteurs bancaires, de gestion actif-passif. Il travaille notamment sur la réorganisation de la communication financière d’une banque allemande en 2008, en pleine crise financière. Une expérience enrichissante, qui lui permet « de découvrir l’ensemble des métiers de la banque et l’importance d’en avoir une vision stratégique ». Mais l’envie de vivre la banque de l’intérieur, « au plus près des gens du métier », et de non seulement initier les projets mais aussi de « les mettre en place » le taraude. L’opportunité se présente avec HSBC France, qui lui offre un poste d’analyste financier, en charge de la banque de particuliers et de gestion de patrimoine, puis de la banque d’entreprises. Un poste transversal, qui lui permet de comprendre la banque de détail, tournée à la fois vers les particuliers et les entreprises. Il devient directeur financier de la banque d’entreprises, qui va des start-up aux grandes entreprises, hors SBF 120 pris en charge par la banque de financement et d’investissement (BFI). Deux ans plus tard, « un temps suffisant pour bien comprendre un métier et le maîtriser », une autre opportunité se présente : la direction de la stratégie et du planning. Le rôle est cette fois à multiples facettes. Il s’agit de travailler au planning stratégique à horizon de trois ans, conseiller en interne sur les problématiques d’organisations métier, « un peu comme un cabinet de conseil interne », suivre les opérations potentielles de fusions et acquisitions, et enfin être le directeur de cabinet du directeur général. Ce dernier rôle est d’ailleurs « un des principaux intérêts du job », souligne Sébastien Guillo qui affirme apprendre énormément au contact de Jean Beunardeau, « venu tout droit de la BFI lorsqu’il a pris les rênes de HSBC France en 2012 ».

Diriger la fonction Stratégie n’est pas sans nécessiter doigté et diplomatie, alors que le groupe en insuffle les grands axes. « C’est toute la complexité de travailler dans une filiale. Il faut à la fois respecter la volonté du groupe et l’adapter aux spécifications et réglementations locales pour être compétitif », explique Sébastien Guillo, qui n’hésite pas à reconnaître qu’il faut effectivement être à même de relever le défi.

Ce grand sportif, fan de sports nautiques, et surtout de surf qu’il pratique tant au Maroc, au Portugal qu’en Bretagne, est conscient du tremplin que représente sa fonction actuelle : « C’est un poste transversal, qui permet de prendre beaucoup de recul sur les différents métiers. » Quant à la suite, elle dépendra des « opportunités », de nouveau, mais plutôt dans une fonction métier : « Cela pourrait être un poste d’expert cette fois, et pourquoi pas à l’international, si un projet y est défini clairement. » Sébastien Guillo ne va pas s’arrêter là, on ne peut en douter.

Vivre la banque de l’intérieur, au plus près des gens du métier
Ses dates

2006 : diplomé de l’Essec.

2006 : stagiaire chez Oddo & Cie.

2007 : devient consultant en stratégie chez Oliver Wyman.

2010 : rejoint HSBC France à la banque de particuliers et de gestion de patrimoine, puis en janvier 2013 devient directeur financier de la banque des entreprises.

2014 : devient directeur de la stratégie et du planning.

A lire aussi