Anti-cocorico

le 30/10/2014 L'AGEFI Hebdo

Finalement, il n’avait rien de si méchant le scénario adverse des tests de résistance de l’EBA. Il ne prévoyait même pas la possibilité d’une véritable entrée en déflation et le ratio CET1 n’était pas pur sucre, du fully loaded Bâle 3. Ce dernier point est toutefois comblé dans le rapport de l’EBA avec un chiffrage de ce que serait Bâle 3 plein et entier dans le scénario adverse en 2016. Ça rigole moins pour pas mal de banques, autrichiennes, grecques... mais aussi allemandes dont les deux caisses centrales des banques coopératives, DZ Bank (un ratio de 4,9 %) et WGZ Bank (4,6 %), en deçà des 5,5 % requis. Côté français, ça passe avec un Crédit Mutuel imperturbable (12,8 %). Il ne faudrait pas bomber le torse pour autant. Les deux épines françaises, une grosse avec Dexia (en extinction et sous restructuration bruxelloise) et une petite avec Axa Bank Europe (l’assureur est par ailleurs actionnaire de Monte dei Paschi), étaient logées sous la supervision de la Banque nationale de Belgique. L’honneur est sauf.

A lire aussi