L’immobilier britannique reste sensible à la hausse des taux

le 30/09/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La part de prêts à taux variable ou équivalents a considérablement diminué, mais reste d’au moins 30% au Royaume-Uni.

L’immobilier britannique reste sensible à la hausse des taux
Une partie des emprunteurs britanniques seront peut-être contraints de remettre leurs biens immobiliers en vente.
(© Parlement Européen)
La Grande-Bretagne ne semble plus dans la situation de 2007-2008 ou 2011-2012, quand 60% à 70% des nouveaux prêts hypothécaires britanniques étaient contractés à taux variables. D’après la Banque d’Angleterre (BoE), ces derniers ne représenteraient désormais plus que 10% des nouveaux flux. Mais...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi