Le CAC 40 tombe à un plus bas depuis février 2021

le 28/09/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Les principaux indices actions européens plongent dans le rouge mercredi, lestés par les craintes de récession au niveau mondial et un contexte géopolitique tendu.

baisse chute dégringolade recul marchés cotation cours Bourse en rouge
Le DAX est à un plus bas depuis novembre 2020.
(AdobeStock)

Vers 11h20, l'indice Euro Stoxx 50 perdait 2% à 3.260 points. A Paris, le CAC 40 et le SBF 120 cédaient 1,7% chacun. Le DAX 40 à Francfort lâchait 2,2% et le FTSE 100 à Londres reculait de 2%.

Sous 5.700 points, l'indice phare parisien est tombé à un plus bas depuis début 2021. Le DAX allemand, qui a pourtant l'avantage d'intégrer les dividendes contrairement à la plupart des autres indices boursiers, navigue un niveau plus vu depuis novembre 2020, tout comme l'indice européen Euro Stoxx 50.

Ralentissement et inflation

Alors que l'approvisionnement en gaz de l'Europe continue d'inquiéter les marchés après les fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 et que les signes de ralentissement de l'économie se multiplient en zone euro, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a confirmé mercredi matin la détermination de l'institution monétaire à ramener l'inflation dans la zone euro à son objectif de 2%.

«Notre objectif premier est la stabilité des prix et nous devons y parvenir», a indiqué la présidente de la BCE lors d'un forum sur la géoéconomie américano-européenne organisé par l'Atlantic Council à Francfort, en ajoutant qu'il était particulièrement important pour la banque centrale d'éviter un désancrage des anticipations d'inflation dans la zone euro.

La BCE devra par conséquent continuer de relever ses taux au cours des prochaines réunions car le taux neutre, qui ne stimule ni ne freine l'économie, n'a pas encore été atteint, a ajouté Christine Lagarde.

Les propos de la banquière centrale interviennent alors que les investisseurs craignent une récession au niveau mondial, de nombreuses banques centrales, dont la Réserve fédérale (Fed) américaine et la BCE, relevant rapidement leurs taux pour contrer une inflation galopante.

Dans ce contexte, les investisseurs seront attentifs dans l'après-midi au discours que prononcera le président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, en introduction d'une conférence sur la recherche bancaire.

En Asie, les principaux indices ont terminé en nette baisse mercredi. L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a perdu 1,5% et le Shanghai Composite a cédé 1,6%.

Sur les autres marchés

- Le rendement de l'obligation du Trésor américain à dix ans, le titre de référence du marché, progresse à 3,987%, contre 3,948% mardi soir. Le rendement du Bund allemand à dix ans s'établit à 2,307%, contre 2,231% mardi soir.

- L'euro perd 0,3% face au billet vert, à 0,9563 dollar, évoluant à ses niveaux les plus faibles depuis mi-2002. De son côté, le yuan chinois est tombé mercredi à un point bas historique face à la monnaie américaine. La devise chinoise est passée sous la barre de 7,2 pour un dollar pour la première fois depuis la mise en place, voilà plus de dix ans, d'un système de négoce de la monnaie hors de Chine continentale.

- Les cours du pétrole baissent, plombés par l'appréciation du billet vert. Le contrat de novembre sur le Brent de mer du Nord perd 43 cents, à 85,84 dollars le baril. Le contrat de même échéance sur le brut léger doux (WTI) coté au Nymex cède 52 cents, à 77,98 dollars le baril.

- Les prix du gaz naturel en Europe poursuivent leur progression après la détection de fuites sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 qui relient la Russie à l'Allemagne. Le contrat d'octobre du TTF néerlandais, référence du gaz naturel en Europe, s'adjuge 7,2%, à 199,5 euros le mégawattheure (MWh).

Sur le même sujet

A lire aussi