Le gouvernement limitera la hausse des prix du gaz et de l’électricité à 15% en 2023

le 14/09/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Le coût de ce prolongement du bouclier tarifaire sur l'énergie est estimé à 16 milliards d'euros. Les ménages les plus modestes recevront également un chèque énergie d'ici la fin de l'année.

Elisabeth Borne, nouvelle Première ministre, prononce sa déclaration de politique générale, à l'Assemblée nationale le 6 juillet 2022 (nationalisation EDF)
La Première ministre, Elisabeth Borne.
(Gouvernement)

Le bouclier tarifaire sur l'énergie sera prolongé en France en 2023, avec un plafonnement de la hausse des prix à 15% pour le gaz en janvier 2023 et 15% pour l'électricité en février, a annoncé mercredi la Première ministre Elisabeth Borne lors d'une conférence de presse à Matignon, rapporte Reuters.

Pour éviter les augmentations des prix de l'énergie à venir «qui ne seraient pas soutenables, nous allons prolonger en 2023 le mécanisme de bouclier tarifaire pour tous les ménages, pour les copropriétés, les logements sociaux, les petites entreprises et le plus petites communes», a déclaré la Première ministre.

«Nous allons ainsi limiter les hausses de prix à 15% pour le gaz en janvier 2023 et 15% pour l'électricité en février», au lieu de 120% attendus, a-t-elle ajouté.

175 euros d'économies

«Très concrètement, ces augmentations vont conduire à une hausse moyenne des factures de l’ordre de 25 euros par mois pour les ménages qui se chauffent au gaz, au lieu d’environ 200 euros par mois sans bouclier tarifaire. Et à une augmentation moyenne de l’ordre de 20 euros par mois pour les ménages qui se chauffent à l’électricité au lieu de 180 euros par mois sans bouclier tarifaire», a-t-elle souligné.

Pour autant, cette augmentation de 15% n'étant «pas anodine pour de nombreux Français», le gouvernement a opté pour un «accompagnement spécifique» des ménages les plus modestes, a expliqué Elisabeth Borne.

Les 12 millions de foyers français les plus modestes (soit quatre foyers sur dix) recevront «d'ici la fin de l'année» des «chèques énergie exceptionnels» d'un montant de 100 ou 200 euros selon le revenu, a-t-elle précisé.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a précisé lors de la même conférence de presse que le coût net de la prolongation de ce bouclier tarifaire était évalué à 16 milliards d'euros.

Sur le même sujet

A lire aussi