Les fonds ont enregistré leur pire collecte depuis plus de dix ans au premier trimestre

le 17/06/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

La France a subi la plus forte décollecte, tous marchés confondus, avec des sorties de 54,6 milliards d'euros.

Les fonds ont enregistré leur pire collecte depuis plus de dix ans au premier trimestre
La collecte nette n’était pas retombée sous 100 milliards d’euros depuis 2011.
(Pixabay)

Plombée par l'environnement macro-économique (inflation, guerre en Ukraine et tensions géopolitiques, Covid-19 en Chine et hausse des taux), la collecte nette des fonds d'investissement dans le monde (hors ETF et fonds institutionnels) est tombée sous la barre des 100 milliards d'euros à 94 milliards d'euros, selon les statistiques publiées jeudi par l'association européenne de la gestion d'actifs Efama. Un niveau qui n'avait pas été observé depuis plus de 10 ans en se basant sur les précédents rapports statistiques produits par l'Efama.

Il faut remonter au quatrième trimestre 2011 pour trouver trace d'une collecte nette en-dessous de 100 milliards d'euros. Les fonds n'avaient à l'époque engrangé que 84 milliards de dollars (80,3 milliards d'euros) d'entrées nettes. La collecte nette des fonds au premier trimestre 20022 contraste nettement avec celle du quatrième trimestre 2021 caractérisée par des flux entrants de 1.023 milliards d'euros.

Le secteur de la gestion d'actifs au niveau mondial gérait 65.667 milliards d'euros à fin mars 2022, en baisse de 2,5% par rapport au quatrième trimestre 2022. Le chiffre inclut les fonds de fonds mais exclut les fonds indiciels cotés (ETF) et les fonds institutionnels.

Ces encours étaient répartis dans 151.385 fonds de 46 marchés pour lesquels l'Efama a collecté des données. Le marché américain a observé une diminution de 5,5% de ses encours (en devise locale, ndlr) tandis que les fonds européens ont vu leurs encours régresser de 4,5% et les fonds chinois de 2,1%.

Sortie massive des fonds monétaires

Sur le plan géographique, la collecte des fonds au premier trimestre 2022 a été tirée par l'Asie-Pacifique (172 milliards d'euros) et les Amériques hors Etats-Unis et l'Afrique du Sud (45 milliards d'euros). Les fonds européens et américains ont, eux, subi des rachats respectifs de 69 et 54 milliards d'euros entre début janvier et fin mars 2022.

Cela étant, les classes d'actifs n'ont pas toutes été logées à la même enseigne. Les fonds de long-terme pris dans leur ensemble ont collecté à hauteur de 282 milliards d'euros au premier trimestre 2022 à travers le monde. Dans le détail, les fonds actions et multi-actifs ont attiré respectivement 184,7 et 89,8 milliards d'euros d'argent frais quand fonds obligataires et monétaires ont enregistré des sorties respectives de 50,4 et 187,6 milliards d'euros sur la période. En outre, les fonds garantis et immobiliers ont décollecté à hauteur de 902 millions et 1,5 milliard d'euros. Les fonds catégorisés «autres» par l'Efama ont terminé le trimestre en territoire positif avec une collecte nette de 60,8 milliards d'euros.

Avec la forte présence de fonds monétaires, la France a connu la plus grosse décollecte (-54,6 milliards d'euros) tous marchés confondus au premier trimestre 2022 devant les Etats-Unis (-53,5 milliards d'euros) et le Luxembourg (-46,9 milliards d'euros). A contrario, la Chine affiche la meilleure collecte tous marchés de fonds confondus (sur les 46 analysés, ndlr) à 111 milliards d'euros, loin devant le Canada (36,5 milliards d'euros) et la Suisse (36,2 milliards d'euros).

Sur le même sujet

A lire aussi