Bruxelles vise 2,7% de croissance pour la zone euro en 2022

le 16/05/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

La Commission européenne a revu en baisse ses prévisions de croissance pour cette année. L'inflation pourrait pour sa part dépasser 6%.

La Commission européenne (CE), immeuble Berlaymont à Bruxelles
En février, la Commission attendait 4% de croissance.
(Crédit European Union.)

La guerre en Ukraine et la flambée des prix de l’énergie qu’elle entraîne va peser sur la croissance de la zone euro. Lundi, la Commission européenne a revu à la baisse ses prévisions en conséquence. Elle table désormais sur une progression de 2,7% du produit intérieur brut (PIB) des 19 pays ayant adopté la monnaie unique en 2022, contre 4,0% prévus en février, peu avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Pour 2023, elle a abaissé sa prévision de croissance à 2,3% contre 2,7% auparavant.

L'inflation devrait de son côté atteindre 6,1% cette année d'après la Commission, un chiffre bien supérieur à l'objectif de 2,0% de la Banque centrale européenne (BCE) et bien plus élevé que sa précédente estimation, à 3,5%.

Baisse du déficit

Malgré les dépenses publiques destinées à amortir la flambée des prix de l'énergie et à venir en aide aux millions de réfugiés en provenance d'Ukraine, le déficit des finances publiques à l'échelle de l'UE devrait reculer à 3,6% du PIB cette année, contre 4,7% en 2021, avec le retrait des mesures de soutien liés à la crise du COVID-19. Au niveau de la zone euro, le déficit devrait être divisé par deux, à 3,7%, et il atteindrait 2,5% en 2023. Le taux d'endettement public s'établirait à 94,7% du PIB, contre 97,4% en 2021, puis à 92,7% en 2023

Le chômage est encore attendu en repli, à 7,3% en 2022 et 7% l’an prochain. Il était ressorti à 7,7% en 2021.

Sur le même sujet

A lire aussi