L’emploi américain nourrit les craintes sur l’inflation

le 06/05/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

L’emploi américain nourrit les craintes sur l’inflation
(© Fotolia)

Wall Street a ouvert dans le rouge vendredi, et les marchés obligataires ont poursuivi leur correction, après la publication de bons chiffres de l'emploi américain qui nourrissent les craintes sur l'inflation des salaires.

L'indice Dow Jones (DJIA) perdait 1,4% en début de séance, à 32.923 points, et l'indice élargi S&P 500 cédait 1,7%, à 4.078 points. Déjà fortement pénalisé la veille par le repli des valeurs de croissance, le Nasdaq Composite abandonnait de nouveau 2,5%, à 12.007 points. Le taux des emprunts d'Etat à 10 ans progresse de 4 points de base à 3,08%.

Selon le rapport du département du Travail, le salaire horaire moyen a augmenté de 0,3% le mois dernier après une hausse de 0,5% (révisé) en mars. Sur un an, le salaire moyen voit sa progression ralentir légèrement en avril, à 5,5% après 5,6% le mois précédent, un niveau qui reste cependant élevé.

La Fed confortée dans sa voie

L'économie américaine a créé 428.000 emplois nets en avril, soit le même nombre qu'en mars, en données révisées. Les économistes interrogés par le Wall Street Journal anticipaient 400.000 créations de postes le mois dernier. Le taux de chômage est resté stable à 3,6%, alors que le consensus tablait sur un chômage de 3,5%.

Le taux de participation, qui mesure la part de la population en emploi ou à la recherche d'un travail, a légèrement reculé, de 64,4% à 62,2%. Plus de 360.000 Américains ont donc quitté le marché du travail le mois dernier, ce qui devrait accroître la pression sur les employeurs pour trouver de la main d'oeuvre.

Ces statistiques confortent donc la Réserve fédérale américaine sur la voie du resserrement monétaire annoncé cette semaine. Le 4 mai, la banque centrale a relevé ses taux de 50 points de base d'un coup, ce qu'elle n'avait plus fait depuis 2000, et validé les anticipations de deux tours de vis équivalents en juin et en juillet. La Fed a aussi indiqué qu'elle lancerait le 1er juin la réduction de son bilan en cessant de réinvestir les tombées de son portefeuille.

Sur le même sujet

A lire aussi