Emploi: Christine Lagarde réfute une «grande démission» en Europe

le 21/01/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Christine Lagarde, présidente de la BCE, lors de la conférence du 28 octobre 2021
(Photo Sanziana Perju / ECB)

La situation économique dans la zone euro et l’absence de forte hausse des salaires confortent les anticipations de reflux de l’inflation cette année, a répété vendredi la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) lors d’un débat en ligne organisé par le Forum économique mondial. Au risque de se mettre à dos une partie du Conseil des gouverneurs si l'on en croit les minutes de la dernière réunion publiées le 20 janvier.

Amenée à faire une comparaison avec les Etats-Unis où les prix à la consommation ont monté de 7% sur un an, Christine Lagarde a souligné l’absence de signes d’augmentation soutenue des salaires et de tensions sur le marché de l’emploi. «Quand on étudie le marché du travail, on n’observe rien de comparable à la 'grande démission' et nos chiffres de participation à l’emploi se rapprochent de leur niveau d’avant la pandémie.» Les Etats-Unis ont fait état d’une vague de départs du marché du travail tout au long de 2021 malgré la reprise post-pandémique, ce qui a favorisé la hausse des salaires.

«Ces deux éléments, à eux seuls, si on les étudie attentivement, indiquent clairement que nous n’évoluons pas à la même vitesse et qu’il est peu probable que nous connaissions une augmentation de l’inflation similaire à celle à laquelle le marché américain est confronté», a ajouté Christine Lagarde, même si elle a reconnu que, globalement, le rythme de la reprise et de l’inflation ont été sous-estimés.

La diriegante a expliqué que les prix de l’énergie devraient se stabiliser dans les mois à venir, et que les goulets d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement, un autre moteur de la hausse des prix, pourraient aussi se résorber.

L’inflation en zone euro a atteint 5% en rythme annuel en décembre, plus de deux fois l’objectif de la BCE, mais cette dernière prévoit qu’elle reviendra vers 2% d’ici à la fin 2022.

Sur le même sujet

A lire aussi