Les créations d'emplois décélèrent fortement en novembre aux Etats-Unis

le 03/12/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Drapeau américain
(crédit Shawn1/Pixabay)

Les créations d'emplois aux Etats-Unis ont fortement ralenti au mois de novembre, tandis que le taux de chômage a baissé, a annoncé vendredi le département du Travail.

Les Etats-Unis ont créé 210.000 emplois nets en novembre, contre 546.000 en octobre, en données révisées. Le nombre d'emplois créés en octobre avait initialement été estimé à 531.000.

Les économistes interrogés par le Wall Street Journal anticipaient 573.000 embauches le mois dernier.

En novembre, le taux de chômage a en revanche reculé pour s'établir à 4,2%, après 4,6% en octobre. Les économistes l'attendaient à 4,5%.

Le salaire horaire moyen a augmenté de 4,8% sur un an au mois de novembre, a également annoncé le département du Travail. Par rapport à octobre, il a crû de 0,3%.

La proportion d'Américains qui travaillent ou recherchent un emploi est passée de 61,6% en octobre à 61,8% en novembre, ce qui indique que les augmentations de salaire commencent à inciter les personnes ayant quitté le marché du travail à le rejoindre.

L'inconnue Omicron

Le rapport sur l'emploi de novembre se base sur des données collectées par le département du Travail jusqu'au 12 du mois. L'impact éventuel sur les embauches du variant Omicron du virus responsable du Covid-19, découvert après cette date, n'apparaît donc pas dans les chiffres.

L'apparition de ce nouveau variant, qui semble très contagieux et pourrait résister aux vaccins, perturbe les marchés financiers qui sont soumis à une forte volatilité depuis une semaine. Les investisseurs craignent qu'une forte augmentation des cas de Covid-19, liée à la propagation d'Omicron, n'entraîne de nouvelles restrictions sanitaires qui menaceraient l'activité économique.

La décevante progression constatée en novembre « suggère que la reprise du marché du travail s'essoufflait avant même l'impact potentiel du nouveau variant Omicron, peut-être en raison de l'augmentation des taux d'infection dans le Nord-Est et le Midwest », des Etats-Unis, remarque Andrew Hunter, senior économiste chez Capital Economics.

« Néanmoins, la Fed maintiendra son projet visant à accélérer le rythme de la réduction de l'assouplissement quantitatif lors de la réunion de son comité de politique monétaire (FOMC) », de décembre, ajoute le conjoncturiste.

Sur le même sujet

A lire aussi