Joe Biden reconduit Jerome Powell à la tête de la Fed

le 22/11/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Joe Biden reconduit Jerome Powell à la tête de la Fed
(Bloomberg)

Le président des Etats-Unis, Joe Biden, a annoncé lundi dans un communiqué son intention de nommer Jerome Powell pour un second mandat à la présidence de la Réserve fédérale (Fed) à partir de février. Lael Brainard, vue comme la principale concurrente de Jerome Powell, sera nommée au poste de vice-présidente du conseil des gouverneurs.

L'indice S&P 500 s'inscrivait dans le vert après cette annonce, tandis que les rendements à 10 ans américains se tendaient à 1,59%.

Après plusieurs mois de spéculations sur les marchés financiers, l’exécutif américain a fait le choix de la continuité pour conduire la politique monétaire malgré les critiques exprimées par certains démocrates, qui souhaitaient des mesures plus fermes en matière de régulation bancaire et de protection de l’environnement.

Ces nominations doivent encore être validées par le Sénat, où la reconduction de Jerome Powell est susceptible de bénéficier d’un large soutien. Sur les 84 parlementaires qui avaient voté en faveur de sa nomination il y a quatre ans, 68 sont encore en place, et comptent autant de démocrates que de républicains.

Equilibre politique

Joe Biden avait rencontré Jerome Powell le 4 novembre, mais également auditionné Lael Brainard le même jour, ce qui avait fait remonter les chances de cette dernière dans les sites de paris comme Predict It, jusqu’à 40% le 16 novembre. Mais beaucoup estimaient qu’elle aurait dû nuancer un discours trop accommodant pour être «éligible».

D’autres estimaient aussi que sa nomination au poste de présidente pouvait être un moyen de négociations avec l’aile gauche du parti démocrate pour le plan de relance orienté sur les mesures sociales et environnementales (Build Back Better) qui a été adopté au Congrès vendredi, et doit encore passer le vote au Sénat. Mais il semble donc qu’une nomination en tant que vice-présidente pourrait suffire à calmer les revendications des plus progressistes. Reste à voir qui prendra en charge la supervision bancaire à la place de Randal Quarles.

Sur le même sujet

A lire aussi