Bercy augmente l’objectif de collecte des fonds Tibi

le 07/06/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Bercy augmente l’objectif de collecte des fonds Tibi

Nous devons être plus ambitieux ». Le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, a annoncé ce lundi le relèvement de l’objectif de collecte des fonds d’investissements dans les entreprises technologiques à 30 milliards d’euros à la fin de 2022, contre 20 milliards d’euros prévus initialement.

« Au lancement de l’initiative Tibi, 21 investisseurs institutionnels se sont engagés à investir 6 milliards d’euros dans les entreprises technologiques d'ici fin 2022 », a déclaré le ministre de l’Economie. « Notre pari à l'époque consistait à lever cette somme pour atteindre une levée totale de 20 milliards d’euros avec l’effet de levier. C’était un objectif très ambitieux, voire irréaliste. Mais 3,5 milliards d’euros ont déjà été engagés par les investisseurs partenaires, notamment sur le segment du capital investissement. Ces investisseurs en ont attiré d'autres : en prenant en compte les souscriptions de tous les investisseurs dans les fonds, plus de 18 milliards d’euros ont été mobilisés », a précisé Bruno Le Maire.

Collecter au-delà des frontières

Philippe Tibi, dont le rapport sur le financement de la technologie en France a déclenché le programme en cours, précise que 49 fonds ont été agréés par les comités techniques, dont 36 en non coté et 13 en coté. Il ajoute que dans le non coté, deux fonds ont déjà clôturé leur levée au-dessus d’un milliard d’euros. Une dizaine d’autres devraient achever leur collecte entre 450 et 600 millions d’euros, et il projette que leur millésimes successeurs pourraient ensuite réunir entre 800 millions d’euros et 1 milliard d’euros.

« L’objectif relevé à 30 milliards d’euros sera atteint par deux canaux, prévoit-il. Il y a le canal domestique de l’épargne salariale et de l’épargne retraite, et le canal international avec des investisseurs de long terme en empathie avec les investisseurs institutionnels français. Il s’agit de fonds souverains, de fonds de pension, de compagnies d’assurances étrangères et de family offices. Pour cela, nous avons retenu une dizaine de banques d’investissement proches de cette cible qui ont accepté de nous mettre en relation de façon pro bono. »

L’enjeu du programme de financement des entreprises technologique n’est rien moins que « la capacité de la France à rester une grande nation innovante », selon Bruno Le Maire. Pour lui, le pari est en passe d’être gagné avec 14 licornes françaises -entreprises non cotées valorisées plus d’un milliard d’euros- et 25 prévues en 2025.

Sur le même sujet

A lire aussi