Le taux de chômage américain tombe au plus bas depuis 50 ans

le 04/10/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Le taux de chômage américain tombe au plus bas depuis 50 ans
(Fotolia)

L'emploi aux Etats-Unis a continué de croître en septembre et le taux de chômage est tombé à son plus bas niveau depuis près de 50 ans à 3,5%, des chiffres qui apaisent en partie les craintes de voir la première économie du monde se rapprocher de la récession sur fond de tensions commerciales.

Les créations d'emplois non-agricoles sont ressorties à +136.000 pour septembre, après +168.000 en août (chiffre révisé), selon le département du Travail. Une baisse supérieure à celle que prévoyaient les économistes (plutôt 145.000 créations).

Les créations d'emplois de septembre restent inférieures à la moyenne de 161.000 enregistrée depuis janvier, mais dépasse toujours les quelque 100.000 postes par mois nécessaires pour absorber la croissance de la population en âge de travailler. Dans le détail, le secteur privé a créé 114.000 emplois (122.000 en août) bien que le secteur manufacturier en ait supprimé 2.000 - première baisse depuis mars, après des créations équivalentes en août. Les effectifs augmentent de 7.000 dans la construction (4.000 en août), tandis que la distribution a supprimé 11.400 emplois pour un huitième mois consécutif de baisse. Le secteur public, qui jouit toujours d’un effet saisonnier grâce aux recrutements des Etats et des collectivités locales à cette époque, a continué à créer +22.000 emplois en septembre après +46.000 en août.

Malgré cette évolution positive, le salaire horaire moyen est resté stable en septembre après une hausse de 0,4% en août, et sa progression sur un an revient à 2,9% après 3,2%, alors que les économistes tablaient en moyenne sur une hausse de 0,3% sur un mois, et de 3,2% en rythme annuel.

Les marchés semblent accueillir ces nouvelles comme la confirmation que la Réserve fédérale devra baisser à nouveau ses taux directeurs afin de repousser la fin du cycle de croissance lors de sa prochaine réunion, surtout sans aucune avancée positive pour contrer les effets désormais visibles de la guerre commerciale.

Sur le même sujet

A lire aussi