L’investissement en immobilier d’entreprise s’oriente vers un nouveau record en 2018

le 28/12/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le seuil des 31 milliards d’euros devrait être dépassé selon Savills, grâce au retour en force des étrangers.

L’investissement en immobilier d’entreprise s’oriente vers un nouveau record en 2018
Les bureaux continuent d’attirer la grande majorité des investissements immobiliers.
(Crédit Fotolia)

Les «gilets jaunes» n’ont pas effrayé les investisseurs étrangers. L’investissement en immobilier d’entreprise devrait dépasser les 31 milliards d’euros en 2018, d’après Savills, et enregistrer un nouveau record historique grâce à une très belle performance au dernier trimestre, à l’image des dernières années. Cette belle performance, en hausse de 14% environ sur un an, «témoigne d’une double attractivité» des actifs immobiliers, «au rendement intéressant pour un niveau de risque maîtrisé» et du marché français, qui «séduit de plus en plus d’investisseurs étrangers» dans un «environnement international très incertain», juge Savills. Ces données sont provisoires et des signatures peuvent encore avoir lieu sur les derniers jours de décembre, prévient le conseil.

La part des investisseurs français a ainsi fondu de 75% des montants investis en 2017 à 58% seulement cette année. Le ralentissement de la collecte des SCPI et OPCI en début d’année suite à la mise en place de l’IFI a «limité l’activité» d’acteurs «qui avaient joué un rôle clé» ces dernières années. Parallèlement, la concurrence des investisseurs internationaux s’est intensifiée, les Allemands en tête, passés de 4% des volumes en 2017 à 13% cette année, devant les Américains qui progressent de 3% à 9% des montants investis en France. Les Asiatiques s’inscrivent en recul, après une année 2017 record marquée par l’acquisition du portefeuille Logicor par le fonds souverain chinois CIC pour 1,7 milliard d’euros.

L’Ile-de-France reste la destination phare des investissements avec 65% des volumes, mais les marchés régionaux confirment leur attractivité avec une hausse de 16% des montants investis sur un an, à 9,2 milliards d’euros. De même, les bureaux continuent d’attirer la grande majorité des investissements, avec plus de 21,5 milliards d’euros, même si leur part s’inscrit en recul. Le secteur fait face à «la réticence de certains propriétaires à mettre en vente des actifs potentiellement arbitrables et par l’émergence d’actifs alternatifs», estime Savills.

Ces derniers, des résidences étudiantes et seniors notamment, ont progressé de 150% en un an, et représentent désormais 7% des investissements en France contre 4% l’an dernier. Le commerce parvient à afficher une progression de 10% des volumes malgré le peu d’appétence des investisseurs pour les centres commerciaux grâce aux pieds d’immeubles, avec en particulier les opérations des 79 et 114, avenue des Champs-Elysées à Paris.

Sur le même sujet

A lire aussi