Le Climate Finance Day agite les émetteurs de green bonds

le 27/11/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La Poste a été la seule entreprise non financière à venir sur le marché primaire de la dette euro la semaine dernière avec une émission d'obligations vertes à 10 ans.

La quatrième édition du Climate Finance Day a débuté lundi 26 novembre au palais Brongniart à Paris.
La quatrième édition du Climate Finance Day a débuté lundi 26 novembre au palais Brongniart à Paris.
(Photo RK.)

Les émetteurs se mettent au vert. Avant l’ouverture, hier, de la quatrième édition du «Climate Finance Day», La Poste a été symboliquement la seule entreprise non financière à venir sur le marché primaire de la dette euro la semaine dernière, en signant une émission d’obligations vertes de maturité 10 ans, pour un montant de 500 millions d’euros. Le groupe a en outre concédé un niveau de spread de 57 points de base (pb) au-dessus du taux mid-swap, inférieur à l’objectif initial grâce à un carnet d’ordres de 2,1 milliards et comparable à celui qui serait ressorti pour l’émission d’obligations classiques de caractéristiques identiques. Le montant levé lui permettra de financer ou de refinancer des véhicules propres, des immeubles verts, et des énergies renouvelables.

De nombreux projets d’émissions de green bonds sont en cours, et devraient se concrétiser dans les prochaines semaines, notamment dans le secteur financier. Le Crédit Agricole, Digital Realty Trust, OP Corporate Bank et Credit Suisse ont tous quatre déjà mandaté des banques, afin de sonder l’appétit des investisseurs internationaux.

Si les banques de développement internationales dominent le marché des obligations vertes, avec 33% des volumes émis, les secteurs des émetteurs corporates et financiers représentent respectivement 19% et 16% des émissions de green bonds réalisées depuis le démarrage du marché en 2007. «La domination des banques de développement devrait reculer avec leur volonté de passer d’émetteurs, à promoteurs des émissions de green bonds», explique Moody’s.

Du côté des émetteurs souverains, les Pays-Bas ont déjà indiqué qu’ils émettront l’an prochain leur première ligne verte, pour un montant cible compris entre 3,5 et 5 milliards d'euros, destiné à couvrir leurs dépenses d'infrastructures de transport, ou énergétiques déjà programmées. Le pays rejoindrait ainsi la France, la Belgique, et l'Irlande en zone euro, ainsi que la Pologne. Les émetteurs européens sont les plus actifs sur le marché avec 42% des volumes totaux d’émissions de green bonds, le poids des émetteurs américains de 18% étant lui légèrement inférieur à celui des entités supranationales et des émetteurs d’Asie-Pacifique de 20%. Avec 45 milliards de dollars émis, la Chine accapare 76% des volumes des pays émergents, avec 32 opérations réalisées, contre 4 pour l’Inde.

Sur le même sujet

A lire aussi