L’Arabie saoudite a cédé à la pression fiscale

le 30/09/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Un déficit à deux chiffres et des menaces sur sa première émission obligataire ont contraint le royaume à renoncer à sa politique de production à tout prix.

Pour l’Arabie saoudite, l’accord d’Alger signe l’échec d’une politique de croissance de la production entamée il y a deux ans face à des prix en berne, pour écarter du marché les producteurs aux coûts élevés. L’échec est d’autant plus cuisant que le royaume semble accepter des coupes sans exiger...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi