La BCE se donne du temps pour juger des effets du Brexit

le 22/07/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'institution se dite prête à réagir si nécessaire, lorsqu'elle aura plus d'éléments sur les perspectives de croissance et d'inflation dans la zone euro.

Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne.
Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, préfère attendre d’y voir plus clair.
(Crédit European Union EP)
La Banque centrale européenne (BCE) veut évaluer les conséquences du Brexit avant d’agir. Comme attendu, elle a laissé ses taux inchangés hier. Elle a aussi affirmé de nouveau que son programme d’assouplissement quantitatif (QE) de 80 milliards d’euros par mois durera jusqu’au mois de mars 2017,...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi