Wendel aurait l'accord de Saint-Gobain pour détenir 21,5% du capital

le 11/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon le site internet de la Tribune, la société d'investissement pourrait présenter sous condition des administrateurs

Le conseil d'administration de Saint-Gobain aurait accepté sous conditions que Wendel augmente sa participation de 17,87 % à 21,5 % dans le groupe, rapporte La Tribune dimanche sur son site internet.  Dans une réunion exceptionnelle vendredi, le conseil d'administration du groupe de matériaux de construction a accepté aussi le principe de la nomination de trois administrateurs représentant Wendel, précise La Tribune.

Les administrateurs de Saint-Gobain subordonnent toutefois leur agrément à deux conditions.

Ils demandent d'abord un accord de non-agression (stand still) pendant six mois, au cas où Wendel démissionnerait du conseil ou revendrait ses parts.

Ensuite, le conseil demande à ce que le holding d'Ernest-Antoine Seillière s'engage à voter, lors de la prochaine assemblée générale, la résolution prévoyant la suppression des droits de vote double chez Saint-Gobain.

Saint-Gobain n'a pas commenté dans l'immédiat ces informations de presse.

Wendel s'était déclaré fin janvier convaincu du potentiel de Saint-Gobain , après avoir vu son action chuter, entraînée par la baisse du titre du groupe de matériaux de construction et de ses autres actifs cotés.

"Wendel investit à long terme dans des sociétés de grande qualité et très diversifiées tant en termes géographiques que sectoriels", avait indiqué alors le groupe dans un communiqué. La société d'investissement avait fait savoir qu'elle était dans "une logique de partenariat" avec le groupe, qu'elle souhaitait l'aider à dépasser ses objectifs et qu'elle examinerait les conditions de son éventuelle entrée au conseil. Pierre-André de Chalendar, directeur général de Saint-Gobain avait déclaré que, sur ce dernier point, les discussions étaient toujours en cours. Interrogé lors de la publication des résultats le 24 janvier dernier, sur une éventuelle pression supplémentaire que constituerait la présence de Wendel au capital, il a répondu : "Je suis capable de me mettre la pression tout seul."

Wendel disposait en décembre d'un bilan composé notamment de 4,9 milliards d'euros d'actifs cotés, de 1,7 milliard d'euros de trésorerie et d'un crédit syndiqué de 1,25 milliard d'euros non utilisé.

A lire aussi