Unibail-Rodamco reste très confiante dans cet environnement de crise

le 08/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La société foncière a publié un bénéfice net récurrent de 539 millions d’euros, en progression de 15,4 % par rapport à 2006

Unibail-Rodamco a enregistré une hausse de ses résultats au titre d’un exercice 2007 marqué par l’intégration de Rodamco Europe par la société foncière. Le bénéfice net récurrent du groupe, qui inclut l’activité de l’année pour Unibail et un semestre pour Rodamco, a connu une nette progression passant de 313 millions d’euros à 539 millions en 2007. L’actif net réévalué (ANR) par action s’est élevé à 169,30 euros, en augmentation de 20,4 % par rapport au 31 décembre 2006 et 6 % par rapport au 30 juin 2007. Le patrimoine du groupe à sa juste valeur est ressorti à 25,2 milliards d’euros au 31 décembre 2007, dont 73 % pour les centres commerciaux, 21 % pour le pôle bureaux et 6 % pour l’activité congrès-expositions.

Par ailleurs, dans une interview à Reuters, le président du directoire d'Unibail-Rodamco, Guillaume Poitrinal, n'exclut pas de nouvelles cessions d'actifs de Rodamco, intégré en juin 2007, selon les opportunités de marché. La société foncière a déjà vendu un portefeuille de 775 millions d'euros de commerces aux Pays-Bas. En outre, le groupe a annoncé qu’il ne distribuerait pas de dividende exceptionnel comme l’espéraient certains de ses actionnaires. D’ailleurs, le titre a ouvert en baisse de 2,2 % à 157,37 euros. Mais pour Guillaume Poitrinal, « nous avons tout un programme d'investissement, notamment un centre commercial de plus de 140.000 m² à Vienne. Et puis nous avons ce fameux réservoir de projets qui représente 1,4 million de m², dont un million en centres commerciaux », a-t-il dit. Et « il nous faudra un peu de ressources financières pour faire tout ça. Donc pour l'instant, pas de dividende exceptionnel ».

En outre, alors que le spécialiste des grands centres commerciaux en Europe ne prévoit pas de très grand changement dans la structure de son patrimoine d’ici cinq ans, Guillaume Poitrinal a tenu également à rassurer les investisseurs indiquant que la crise financière mondiale devrait avoir un impact limité sur l’activité et sur la valeur des actifs immobiliers d’Unibail-Rodamco. «Dans le cas du scénario du pire, dans lequel la crise immobilière américaine déborderait sur l’Europe, Unibail-Rodamco, dont le ratio dette sur valeurs des actifs est de 28 % seulement, pourrait profiter de sa forte capacité de financement.» En fait, seul le marché espagnol le rend prudent bien que l’Espagne ne représente que 8 % du portefeuille de la société foncière.

A lire aussi