Le point bas de l’économie française est attendu au quatrième trimestre 2008

le 18/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Euler Hermes SFAC anticipe un recul du PIB de 0,7% sur la fin de l’année, et une baisse limitée à 0,5% sur 2009

Une crise inédite. La première de la mondialisation, avec une récession touchant à la fois l’Europe et les Etats-Unis, et avec des réponses politiques jamais vues. En six mois, Euler Hermes SFAC a révisé de 1,9 point sa prévision de croissance mondiale et n’anticipe plus que 1% de croissance du PIB en 2009. L’OCDE tombera en récession (-0,5%), avec à la fois un repli de la consommation (-0,8%) et un effondrement de l’investissement (-3,9%), tandis que les émergents ralentiront fortement (voir tableau).

En France, la contraction de l’économie devrait toucher un point bas au quatrième trimestre 2008 (-0,7%) et se poursuivrait jusqu’à l’été 2009. Le recul du PIB devrait se limiter à 0,5% l’an prochain. Tous les secteurs industriels tomberont en récession, avec en tête l’automobile, attendue en baisse de 21%, en raison de «la chute des exportations et de l’accélération des délocalisations», explique Karine Berger, directeur des études d’Euler Hermes. La nouvelle prime à la casse, dont Euler estime le coût à 150 millions d’euros, devrait limiter la baisse des ventes de voiture à 9%, au lieu de 15% sans prime.

Si une sortie de crise reste encore envisageable fin 2009, grâce à la désinflation et aux plans de relance, l’assureur crédit émet deux alertes. La première, rouge, en cas de développement de la crise dans les pays émergents. La contraction de la demande de l’OCDE fait craindre une accélération de la crise, qui pourrait dégénérer en crise de changes ou de dette. Notamment en Amérique latine, où l’Argentine doit rembourser sa dette dès le mois de janvier. La seconde alerte, orange, concerne l’ampleur des déséquilibres dans l’OCDE.

A lire aussi