"Nous conservons la gestion actions européennes à Paris"

le 26/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

explique à l'Agefi Richard Wohanka, directeur général de Fortis Investments

Vous avez choisi de comparer les performances des équipes d’ABN Amro et de Fortis pour définir laquelle resterait en place. Pourquoi avoir opté pour cette nouvelle méthode de sélection ?

Nous avions le choix entre deux possibilités. Soit nous mélangeons les équipes pour en créer une nouvelle, soit nous choisissons l’une des deux en la renforçant à la marge avec des personnes de l’autre équipe. Avec cette dernière solution, au minimum la moitié des clients n’est pas affectée et la structure entière est moins déstabilisée. Par ailleurs, les clients qui changent de manager se retrouveront par définition avec un meilleur. Pour l’instant, nous n’avons perdu aucun de nos clients mais pour être tout à fait honnête, je ne suis pas certain que cela soit complètement dû à cette méthode. Dans des périodes turbulentes comme celle que nous vivons, les clients se concentrent sur l’allocation de leurs actifs et préfèrent ne pas changer de gérant. Afin de clarifier la situation vis-à-vis de la clientèle, nous avons demandé et obtenu une dérogation à la Banque centrale néerlandaise pour commencer l’intégration, avant celle des autres métiers.

Quelles sont les conséquences de ce rapprochement sur votre offre ?

Les équipes de gestion sélectionnées pilotent déjà depuis fin janvier l’ensemble des OPCVM de Fortis et d’ABN Amro. Pour les fonds concernés par un changement de gérant, nous avons mis en place des mandats de conseil et l’ancienne équipe de gestion applique les décisions de gestion de la nouvelle équipe. Par ailleurs, nous avons informé tous les investisseurs institutionnels clients et de nouveaux mandats sont progressivement signés. Ils auront jusqu’à mi-avril, date de la fusion légale de l’ensemble des groupes, pour choisir et ceux qui refuseront le changement de stratégie d’investissement que nous aurons décidé devront probablement nous quitter.

Quelles seront les conséquences en termes d’effectifs ?

Fortis Investments a actuellement 1.100 employés dans le monde contre 1.500 collaborateurs pour ABN Amro AM, plus 300 personnes dans des sociétés filiales. Au terme de la fusion, nous souhaitons avoir un effectif de 2.000 personnes, auquel il faut ajouter le personnel des sociétés filiales. Il n’est pas du tout exclu que les personnes qui se retrouvent sans emploi pourront être relocalisées au sein du groupe ou chez un des deux autres membres du consortium, Royal Bank of Scotland ou Santander.

Au niveau mondial, comment définissez-vous l’apport des activités d’ABN Amro ?

Nos activités sont plus complémentaires que nous ne l’avions pensé, à la fois en termes géographiques et en termes de produits. Notre présence en Asie a été agrandie car ABN Amro couvrait des pays différents des nôtres, tandis que cette opération nous permet aussi de nous installer en Amérique latine. Nous sommes devenus une véritable maison au service de clients de marchés émergents.

De plus, notre offre a été enrichie par l’apport de produits qu’ABN Amro avait développés tels les fonds de fonds de private equity, le currency overlay et l’investissement en infrastructure.

Fortis Investments va-t-elle conserver à Paris ses activités de gestion ?

La gestion actions européennes grandes capitalisations va être renforcée car c’est l’équipe parisienne qui a été sélectionnée pour prendre en charge cette classe d’actifs dans le nouvel ensemble. De même, les activités de crédit structuré et d’obligations convertibles restent à Paris. En revanche, les équipes de gestion obligataire rejoindront celles d’ABN Amro à Londres. Nous sommes historiquement présents à Paris car nous pouvons y attirer des professionnels de talent, français et étrangers : nous y avons près de 200 collaborateurs, qui représentent 38 nationalités différentes.

Comment vont-être intégrées dans Fortis Investments les filiales de gestion d’actifs de Neuflize OBC, la banque privée française d’ABN Amro ?

Nous nous concentrons pour le moment sur l’intégration des activités, cœur du métier de la gestion d’actifs de Fortis et ABN Amro. Si Fortis Investment est une société très intégrée et autonome, ABN Amro est organisée dans ce domaine autour de plusieurs entités spécialisées. Nous allons maintenir notre stratégie car elle permet aux représentants de notre maison de proposer à nos clients l’ensemble de nos expertises. Mais Neuflize OBC est une banque à part et ses filiales de gestion, Neuflize OBC Asset Management et Asset Allocation Advisors, sont plus particulièrement dédiées à la clientèle privée. Aussi leur situation sera-t-elle examinée un peu plus tard cette année.

A lire aussi