Motorola prévoit de manquer le consensus de 345 à 390 millions de dollars

le 24/01/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Toujours en proie à des difficultés avec ses mobiles, le groupe a douché le marché en anticipant une perte par action de 5 à 7 cents au premier trimestre

Les problèmes que rencontre Motorola depuis l’automne 2006 ne sont pas difficiles à cerner. Le groupe peine simplement à vendre ses téléphones. Et le proche avenir n’augure aucune amélioration. L’américain a averti hier que ses ventes de combinés sur ce trimestre allaient chuter « significativement », alors qu’elles ont déjà plongé de 38 % à 4,8 milliards de dollars, avec 40,9 millions d’unités écoulées sur les trois derniers mois. L’érosion des parts de marché n’a donc visiblement pas touché son point bas. Les chiffres du marché en 2007 ne sont pas encore connus. Mais si l'on en croit les pronostics établis précédemment par le cabinet Gartner (10 à 15 % de croissance séquentielle par rapport au troisième trimestre, soit un marché de 317 à 332 millions d’unités au quatrième trimestre), Motorola ne devrait pas avoir capté sur les trois derniers mois plus de 12,3 % à 12,9 % du marché, contre 13,1 % au troisième trimestre. L’époque où Motorola représentait encore plus de 20 % des ventes semble loin. Pourtant ce n’était qu’en septembre 2006. Et est-il utile de préciser qu’une baisse des ventes sur le trimestre en cours devrait encore traduire un recul de la pénétration. Car pour Piper Jaffray, « le marché dans son ensemble se porte bien. Ces problèmes sont spécifiques à Motorola », qui, avec une gamme peu adaptée, a du mal à résister à la concurrence et a dû fin septembre abandonner sa place de numéro deux mondial à Samsung.

Naturellement, les conséquences financières sont désastreuses. Le marché avait bien prévu que le bénéfice net annuel risquait de tomber dans le rouge (-49 millions, soit -2 cents par action) du fait d’exceptionnels (-29 cents par action) et d’une perte opérationnelle de 1,2 milliard dans les mobiles. En revanche, il a été douché par les perspectives. Les analystes espéraient sur le trimestre un BPA ajusté de 10 cents, alors que Motorola redoute une perte de 5 à 7 cents hors charges de restructuration. En intégrant le nombre d’actions du groupe, Motorola devrait donc manquer le consensus de… 345 à 390 millions de dollars. Conséquence, le titre a de nouveau flanché hier portant ses pertes à 60 % depuis l’automne 2006. Le nouveau patron, Greg Brown, va avoir du pain sur la planche pour ramener la confiance. Surtout que, comme il l’a souligné, « le redressement dans les mobiles sera plus long que prévu ».

A lire aussi