Maisons France Confort : des fondations toujours aussi solides

le 27/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe a confirmé sa prévision d’une croissance de l’ordre de 10 % pour 2008 dans un environnement qualifié de « plus difficile »

Alors que le secteur de la construction de maisons individuelles connaît un coup de froid, Maisons France Confort estime disposer des atouts nécessaires pour continuer à faire mieux que le marché. Le constructeur de maisons individuelles en terrain diffus a souhaité rappeler les différences de son modèle économique en comparaison de celui d’un promoteur classique et notamment celle de n’avoir aucun stock de maisons ni aucun foncier dans son bilan.

En 2007 et dans un environnement qui a été perturbé par les élections et les problèmes de pouvoir d’achat des ménages, le groupe a été en mesure d’atteindre globalement ses objectifs de rentabilité et de croissance de l’activité. Malgré des investissements commerciaux pour près de 2 millions d’euros, l’intégration des acquisitions (plus rentables) et la croissance de l’activité (+15 % à 489,4 millions d’euros) ont permis au résultat opérationnel de progresser de 13,9 % à 35,2 millions d’euros faisant apparaître une marge opérationnelle de 7,2 % contre 7,3 % en 2006. Selon la direction, les trois acquisitions (PCA Maisons, Millot et Groupe Morel) ont eu un effet bénéfique sur la rentabilité opérationnelle du groupe de l’ordre de 0,1 à 0,2 point alors que les investissements ont pesé à hauteur de 0,4 point. Le résultat net progresse de 14 % à 23,6 millions d’euros.

Malgré une consommation de trésorerie de 5,6 millions d’euros en 2007, le groupe termine l’exercice avec une trésorerie nette confortable de 53 millions d’euros (contre 60,8 millions à fin 2006) qui doit lui permettre de poursuivre la consolidation du secteur. MFC a d’ailleurs annoncé début mars l’acquisition de CTMI, constructeur implanté en Alsace qui a réalisé en 2006 un chiffre d’affaires de 5,9 millions d’euros pour un résultat opérationnel de 0,49 million d’euros. Cette opération montre la volonté de MFC de s’intéresser à des cibles plus petites qui lui permettent de renforcer ses parts de marché localement.

Pour 2008, la direction anticipe une croissance de son chiffre d’affaires de l’ordre de 10 % (dont +4 % en organique) qui devrait s’accompagner d’un maintien de la rentabilité opérationnelle malgré des investissements commerciaux encore soutenus (3 millions d’euros prévus). Cet objectif s’appuie sur un carnet de commandes en hausse à fin février de 10,4 % (dont +5 % à périmètre constant) représentant 903 unités.

A lire aussi