L’industrie financière fait son autocritique

le 26/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon une étude de Keima auprès d’acteurs français, la crise les conduit à modifier leur comportement

Des gestionnaires d’actifs qui se jettent eux-mêmes la pierre. L’activité de leurs sociétés, à la fois en termes de collecte et de résultats, a été affectée par une crise dont ils s’estiment eux-mêmes majoritairement responsables, d’après une étude de Keima. L’agence de communication stratégique et financière a interrogé à la mi-février 730 représentants de 270 sociétés de l’industrie financière française, dont une majorité de gestionnaires d’actifs. « L’industrie est loin d’avoir fait l’inventaire de la crise », remarque Philippe Matherat-Audan, président de Keima. La plupart des répondants estiment que la crise actuelle n’est pas systémique : elle est surtout liée à une sous-évaluation des risques par les acteurs eux-mêmes. Plus d’un tiers des participants la compare à celle de 1929, « ce qui est un symbole fort de pessimisme », juge Keima. Selon près de quatre participants sur dix, la crise peut se résoudre cette année, mais seulement si les régulateurs et les pouvoirs publics interviennent.

A lire aussi