Havas flirte avec le haut de sa fourchette d’objectif de marge opérationnelle

le 11/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Elle a atteint 11 % en 2007, soit 2,8 points de plus qu’en 2006. En parallèle, le cash-flow a été multiplié par trois à 264 millions d’euros

Les clignotants sont au vert. En février, Havas avait surpris en annonçant une croissance organique de 7,1 %, supérieure à son propre objectif de 5 à 6 %. Hier, le groupe publicitaire a de nouveau rempli son contrat en publiant l’intégralité de ses comptes. Certes, la progression est cette fois moins spectaculaire. Mais en annonçant un résultat opérationnel courant de 169 millions (+21 %), il a délivré une marge de 11 % plutôt dans le haut de sa fourchette de pronostics de 10,5 à 11,2 %. Le marché visait à peine plus : 170 millions d’euros. «Nous avons de la marge de manoeuvre pour poursuivre l'amélioration de la marge opérationnelle courante en 2008» a toutefois souligné le directeur général du groupe, Fernando Rodes. Pas d’inquiétude non plus du côté du net. En hausse de 81 %, il atteint les 83 millions d’euros dépassant de 1,3 million d’euros la cible qu’avait fixée le consensus.

Le cash-flow a profité de cette amélioration des résultats. A 264 millions d’euros, il a été multiplié par plus de 3 en un an et a participé à la réduction de la dette nette. Passée à 226 millions d’euros (-41 %), elle représente désormais 23 % des fonds propres contre 41 % à la fin de 2006.

M. Rodes s’est dit pleinement satisfait de cette évolution «permettant à Havas de retrouver une réelle autonomie financière». Grâce à la marge de manœuvre qu’il s’est donnée, le groupe a d’ailleurs décidé d’augmenter de 33 % son dividende pour le porter à 4 centimes par action. Reste à savoir comment les investisseurs accueilleront cette nouvelle. Car ils attendaient plutôt un dividende de 5 centimes. Et si l’écart est faible en valeur absolue, certains pourraient rétorquer que le dividende est finalement inférieur de 20 % aux attentes du consensus. Ce qui implique un écart de 36 points de base en termes de rendement (1,42 % contre 1,78 % en se basant sur le dernier cours).

Les actionnaires devront en tout cas se prononcer sur ce dividende le 29 mai, date de l’assemblée générale. Ils auront par la même occasion à se prononcer sur les propositions faites concernant la composition du conseil d’administration. Est proposée «la nomination de messieurs Yves Cannac et Pierre Godé en qualité de nouveaux administrateurs indépendants», précise le communiqué. Le conseil propose aussi, en remplacement de Thierry Marraud et Marc Bebon, la nomination d’Antoine Veil, 81 ans, et celle d’Antoine Bernheim, 83 ans, le président de Generali.

A lire aussi