Groupe Partouche veut s’affranchir du monopole français dans les paris sportifs

le 12/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La direction va ouvrir son site de paris en ligne à l’occasion de l’Euro 2008 à partir de sa filiale implantée à Gibraltar

Si Groupe Partouche reste le premier opérateur français de casinos, il veut désormais capitaliser sur les investissements réalisés pour développer son activité de jeux en ligne. Alors que plusieurs décisions européennes ont ouvert des brèches dans la législation des jeux en France, la direction a clairement fait part de son intention de s’affranchir définitivement du monopole français sur les paris sportifs en lançant officiellement son site de paris en ligne depuis Gibraltar en mai prochain avant l’Euro 2008. Une annonce faite à l’occasion de la présentation des résultats annuels 2006-2007 impactés par le durcissement du cadre réglementaire français avec la nécessité de désormais contrôler les accès aux casinos.

Après avoir investi dans sa filiale Partouche Interactive (chiffre d'affaires 2006-2007 de 3,5 millions pour une perte opérationnelle de 2,9 millions d’euros) pour construire son offre de jeux en ligne, le groupe veut réduire la distance avec ses concurrents européens en lançant son offre de paris en ligne. Une campagne publicitaire de 3 à 5 millions d’euros utilisant l’image d’Eric Cantona sera diffusée au Royaume-Uni pour accompagner le lancement de cette offre. Patrick Partouche, le PDG du groupe, s’est toutefois refusé de communiquer toute prévision chiffrée pour sa filiale.

Outre la prise d’un risque calculé face à une position de l’Etat français de moins en moins tenable au niveau européen, cette entrée officielle dans le jeu en ligne est dictée par la perte de vitesse relative que le groupe constate dans ses activités traditionnelles (machines à sous, jeux traditionnels). Le développement des casinos en dur reste le cœur de métier du groupe - 40 à 45 millions d’euros seront investis cette année pour transformer des casinos en Pasinos avec adjonction d’une salle de spectacle - mais cette offre doit également s’adapter aux nouveaux modes de consommation des joueurs notamment au travers du poker qui sert de produit d’appel pour attirer une nouvelle génération de joueurs.

Dans un environnement qualifié de «compliqué», le groupe n’a pas souhaité formuler de prévisions chiffrées précises. Seule indication, l’exercice en cours devraient être plus favorable du point de vue des éléments non récurrents. La structure de coût restant maîtrisée, le groupe s’attend à une stabilité de son résultat opérationnel courant sauf dans le cas d’une légalisation des jeux en ligne.

A lire aussi