Groupama Banque vise la rentabilité pour fin 2009 ou début 2010

le 26/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La filiale de l’assureur, qui table sur 550.000 clients à fin 2009, a annoncé vouloir proposer le Livret A à partir du premier octobre

Alors qu’elle vient de célébrer ses cinq ans d’existence, Groupama Banque a encore du chemin à faire pour s’imposer dans le paysage français de l’assurbanque. Car malgré les sourires de circonstances de ses dirigeants, force est de constater que l’établissement est en retard sur son plan de marche. Lors de son lancement en 2003, la banque visait en effet les 800.000 clients à fin 2007. Or, à ce jour, Groupama Banque affiche tout juste 434.000 clients, dont plus de 90.000 acquis l'an dernier.

« C’est vrai, nos résultats sont en deçà des objectifs annoncés lors de notre lancement, reconnaît Bernard Pouy, président du directoire de Groupama Banque. Mais ces chiffres étaient très ambitieux. Or, notre gamme n’était pas complète et nous avons constaté une certaine réticence de nos commerciaux à vendre du crédit à la consommation.»

L’établissement a donc décidé de passer à l’offensive. Objectif : avoir 550.000 clients à fin 2009, soit 10 % des clients du groupe. Pour y parvenir, la banque a fait du crédit (consommation, immobilier) un axe prioritaire de son développement. «Nous voulons équilibrer les dépôts et les crédits, confirme Bernard Pouy. Notre objectif est d’atteindre 1 milliard d’euros d’encours en crédit et 1 milliard d’euros de dépôts à fin 2009.» A fin février, les encours de crédits s’élevaient à 350 millions d’euros pour 850 millions d’euros d’encours de dépôts.

Pour dynamiser cette activité crédit, Groupama Banque va innover en proposant, prochainement, un système de souscription sur son site internet. Pour séduire de nouveaux clients, la banque mise aussi sur de nouvelles offres commerciales. Ainsi, une offre de regroupement de créances sera testée à partir de juin dans trois caisses régionales. Groupama Banque espère également se positionner sur le Livret A, dont la banalisation est en cours. «Ne pas vendre le Livret A constitue un frein pour le développement d’une banque comme la nôtre, explique Bernard Pouy. Nous sommes prêts d’un point de vue informatique. Nous attendons la publication du décret pour proposer ce produit début octobre.»

Positionnée uniquement sur la clientèle particuliers, la banque réfléchit également à une offre à destination des professionnels. L’élargissement de sa gamme est indispensable pour que la banque devienne enfin profitable. « Nous devrions commencer à être rentable fin 2009 ou début 2010 », conclut Bernard Pouy.

A lire aussi