General Motors prépare la sortie du tunnel

le 18/01/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’optimisme du constructeur automobile pour le moyen terme contraste fortement avec la morosité actuelle de son marché domestique

Voir au-delà du court terme. C’est le mot d’ordre de General Motors (GM) qui a présenté jeudi à la communauté financière des perspectives optimistes de rentabilité d’ici 3 ans, tout en reconnaissant que la hausse des prix à la pompe et la dégradation du moral des ménages devrait peser sur ses ventes aux Etats-Unis cette année.

Le constructeur automobile américain a précisé se fixer pour objectif une réduction de ses coûts salariaux annuels «d'environ 5 milliards de dollars d'ici 2011», grâce principalement à l'accord signé l'an dernier avec le syndicat United Auto Workers, qui prévoit notamment le transfert d'une partie des engagements du groupe en matière de protection sociale de ses retraités à un fonds indépendant, ainsi que des recrutements à des niveaux de salaires revus en baisse. GM, qui a déjà réduit ses coûts de structure de 9 milliards de dollars entre 2005 et 2007, fixe pour ceux-ci un objectif de 23% du chiffre d’affaires pour 2012 contre un peu moins de 30% actuellement et 34% en 2005.

Un plan de départs volontaires concernant potentiellement 46.000 salariés sera proposé le mois prochain, le groupe s’attendant également à une modération de la hausse de ses coûts d’approvisionnement. Il envisage enfin «un possible retour aux bénéfices» pour le groupe de services financiers GMAC dont il détient encore 49 %.

Le PDG Rick Wagoner a toutefois déclaré que GM «serait confronté à plusieurs difficultés en 2008, parmi lesquelles la baisse des ventes aux Etats-Unis, les prix élevés des carburants, la hausse des coûts des matières premières et de l'acier, ainsi que l'évolution de la réglementation». Il prévoit que les ventes de voitures aux Etats-Unis seront légèrement supérieures à 16 millions d'unités cette année; pour l'ensemble du secteur dont la croissance provient surtout de la Chine et de la Russie, il table sur un record de 73 millions contre 71 millions l’année dernière et ambitionne d'augmenter ses ventes dans toutes les grandes zones géographiques cette année.

Le PDG a ajouté qu'aux niveaux actuels de ventes dans le secteur, GM aurait encore besoin de réduire ses capacités d'assemblage. Evoquant «la probabilité d'une croissance du secteur aux Etats-Unis en 2009 et au-delà», il souligne qu'un retour à environ 17 millions de voitures vendues aux Etats-Unis en 2010 pourrait générer 1,5 milliard de dollars de bénéfice avant impôt supplémentaire dans ses comptes.

A lire aussi