GDF Suez et E.ON échangent leurs capacités de production en Europe

le 18/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’énergéticien français récupèrera 1.700 MW de capacités de production électrique et de droits de tirage en énergie nucléaire en Allemagne

Renforcement en Allemagne. GDF Suez, via sa filiale Electrabel, et E.ON viennent de signer un protocole d’accord portant sur l’échange de capacités de production électrique et de droits de tirage en énergie nucléaire, pour environ 1.700 MW. La transaction doit être finalisée mi-2009.

D’une part, GDF Suez détiendra les participations d’E.ON dans des centrales électriques conventionnelles (hydraulique, gaz naturel, charbon, biomasse) pour une capacité totale de 991 MW en Allemagne. Le groupe français recevra aussi 700 MW de droits de tirage en énergie nucléaire.

D’autre part, Electrabel cédera au groupe allemand ses participations dans des centrales électriques conventionnelles en Belgique pour une capacité totale de 941 MW. Il accordera aussi à E.ON des droits de tirage à hauteur de 770 MW dans les centrales nucléaires belges, dont 270 MW seront livrés aux Pays-Bas.

Une stratégie déjà mise en œuvre par Suez en mai dernier avec l’acquisition d’actifs énergétique d’Eni, opération conditionnée au rachat par le groupe italien de la participation de Suez dans Distrigaz, dans le cadre de la fusion GDF Suez.

Les deux énergéticiens, français et allemand développent ainsi leur présence internationale. GDF Suez compte profiter de cette position plus équilibrée dans la production électrique pour se développer (nouveaux sites, extension de la durée de vie,…) et commercialiser de nouveaux produits. De plus, le groupe se félicite de «respecter scrupuleusement les engagements pris en Belgique dans le cadre de la Pax Electrica II», et d’introduire un nouveau concurrent sur le marché belge.

A lire aussi