Le fondateur de Meilleurtaux, Christophe Crémer, a été révoqué

le 29/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La société de conseil immobilier est contrôlée par les Caisses d'Epargne qui ont nommé trois dirigeants issus de son sérail

Révocation surprise à la tête de Meilleurtaux, son fondateur Christophe Crémer a été démis, pour faute grave, de ses postes de président du conseil d'administration et de directeur général. La société de conseil spécialisée dans le crédit immobilier, contrôlée à 96,5% par les Caisses d'Epargne, a également fait part du remaniement de son état-major concrétisé par la nomination de trois dirigeants venus des Caisses d'Epargne.

Bernard Monier devient président du conseil d'administration tandis que Christian Camus devient directeur général et Frédéric Senan a été nommé en qualité de directeur général délégué.

Bernard Monier a effectué une partie significative de sa carrière au sein du groupe Caisse des dépôts et consignations puis au sein du Groupe Caisses d'Epargne où il occupait, jusqu'en 2007, les fonctions de président du directoire de la Caisse d'Epargne d'Auvergne et du Limousin.

Christian Camus occupe, depuis 2006, les fonctions de directeur général au sein du directoire de la Financière Océor (Groupe Caisse d'Epargne).

Enfin, Frédéric Senan, membre du directoire en charge du développement de la Caisse d’Epargne Ile-de-France-Nord, avait ensuite été nommé directeur exécutif de Meilleurtaux en janvier 2008.

Dans un communiqué, Meilleurtaux souligne que «le conseil d'administration s'est tenu conformément à une injonction judiciaire faite (le 23 décembre) à Christophe Crémer par le président du tribunal de commerce de Nanterre de réunir le conseil, que Monsieur Christophe Crémer refusait de convoquer, en violation des règles légales de gouvernance».

«Cette révocation pour faute grave est intervenue après avis favorable du comité de la stratégie et des partenariats et du comité des nominations et rémunérations», ajoute l'entreprise sans donner davantage de détails.

Touché par la crise, Meilleurtaux a entrepris une restructuration en octobre dernier quand il a annoncé pour le troisième trimestre un chiffre d'affaires de 10,5 millions d'euros en retrait de 22% par rapport à la même période de l'année précédente.

Sur les neuf premiers mois de l'année la société a vu son activité diminuer de 17% à 31,1 millions d'euros. «Compte tenu d'un début de 4e trimestre qui continue de se dégrader», Meilleurtaux anticipait alors pour l'ensemble du second semestre une perte opérationnelle supérieure à celle des six premiers mois de l'exercice.

A lire aussi